Aller au contenu principal
logo
alert
Alerte

Le port du masque ne sera plus obligatoire sur le réseau NOMAD à compter du lundi 16 mai 2022. Il reste recommandé, notamment pour les personnes sortant d'isolement après un test positif, les cas contacts à risque, les personnes symptomatiques et/ou vulnérables.

En savoir plus
CRJ

Conseil Régional des Jeunes : la jeunesse aux manettes !

  • clock

Alors que le 1er Conseil régional des jeunes (CRJ) de l’histoire de la Normandie est sur le point d’achever son mandat, quel bilan ses membres font-ils de leur expérience ? Comment ont-ils vécu ces deux années ? Quels bénéfices et quels enseignements en ont-ils tiré ? En quoi cela a modifié la perception de leur région et de l’action publique ?

Pourquoi pas vous ? Vous avez jusqu’au 15 octobre pour postuler !

Instance apolitique et non partisane, le CRJ est composé de 40 jeunes de 15 à 25 ans issus des 5 départements normands. La durée du mandat est de 2 ans, bénévole et non renouvelable. 

Pour postuler, il suffit de répondre avant le 15 octobre à l’appel à candidatures. Les 35 premiers membres du CRJ seront sélectionnés par un tirage au sort qui aura lieu le 25 octobre 2021. Afin de conforter la représentativité territoriale et les équilibres (tranches d’âge et statuts diversifiés, respect de la parité), les 5 derniers membres du CRJ seront choisis par l’exécutif régional parmi les candidatures non tirées au sort.

Une expérience enrichissante

« Au début je me demandais si on n’allait pas faire de la figuration, mais on nous a vraiment donné les moyens de travailler. »

Nathan Ferrette, 26 ans, exploitant d’un cinéma à Douvres-la-Délivrande

Le CRJ fait voter ses projets à l'Assemblée plénière

Ils sont unanimes : jamais ils n’auraient cru que cela leur apporterait autant, à tous les niveaux. "J’étais un peu dubitative au départ, reconnaît Clémence Lenoël, 19 ans, étudiante à Saint-Lô, mais j’ai énormément appris, sur moi-même et sur ma région. Le fait de mieux savoir ce que fait la Région, notamment pour les jeunes, cela m’a fait me sentir plus normande. Je conseille vraiment à tous les jeunes de faire cette expérience." Mathilde Bazin, ornaise de 18 ans, étudiante à Caen, a senti d’emblée qu’il y avait "une vraie volonté de la Région d’écouter ce que les jeunes avaient à dire et d’en tenir compte". Quant à Antoine Zambano, qui à 24 ans vient d’être embauché à Evreux, c’est l’attrait de la nouveauté doublé d’un intérêt de longue date pour la chose publique qui l’a amené à postuler. "En tant que jeune, il est difficile d’être élu, le CRJ est donc une vraie opportunité pour comprendre ce que fait la Région et agir de l’intérieur."

Etre membre du CRJ, c’est…

  • Participer activement à la vie et au devenir du territoire, à l’élaboration des politiques publiques régionales, en particulier celles concernant les jeunes.
  • Proposer la mise en place de nouvelles actions jeunesse.
  • Rencontrer des acteurs issus d’horizons divers.
  • Développer ses compétences en apprenant, par exemple, à s’exprimer en public, à défendre son point de vue, à travailler en équipe et sur des sujets variés.
  • Participer à un voyage de citoyenneté avec les autres membres du CRJ.

Des compétences précieuses

« Il y a un avant et un après, je ne suis plus tout à fait la même, je suis beaucoup plus à l’aise, moins stressée, plus spontanée. La formation gestion de projet nous a aussi permis de voir comment faire aboutir une idée que l'on a en tête. »

Mathilde Bazin, étudiante à Caen

Les formations dispensées dans le cadre du CRJ et les rencontres qu’ils ont pu faire avec différents acteurs et personnalités leur ont beaucoup apporté. "Grâce à la formation prise de parole dispensée par Reporters Normandie Jeunes, explique Marie Buisson, 18 ans étudiante à Rouen, on a appris à s’exprimer plus clairement devant une caméra, à avoir moins peur et à employer un vocabulaire approprié pour bien se faire comprendre. C’était très intéressant et utile. Du coup, quand on a ensuite rencontré des élus, le président ou d’autres interlocuteurs, on a réussi à leur parler et à leur dire vraiment ce qu’on pensait."
"Avant j’étais assez timide, note Clémence, je n’aurais jamais pu prendre la parole devant une caméra et maintenant je me sens à l’aise. J’ai beaucoup appris, y compris sur moi." L'aspect méthodologique sur la gestion de projet a également beaucoup servi à Antoine : "J’ai appris à construire un projet, à le mener à bien." Nathan, lui, pense qu’il en aurait appris encore davantage s’il avait été plus jeune : "Ce sont des compétences que j’ai déjà en partie acquises au fil de mon expérience professionnelle et associative. Si j’avais fait le CRJ plus tôt, cela m’aurait fait gagner du temps !"

Des actions concrètes

A l’issue de leur première année de mandat, les membres du CRJ ont remis aux élus régionaux 2 propositions d’actions, présentées le 14 décembre 2020 devant l’assemblée plénière. Elles ont été adoptées à l'unanimité par les Conseillers régionaux. Les membres du CRJ ont ensuite planché sur leur mise en œuvre en multipliant les séances de travail et les rencontres, le plus souvent en visio vu le contexte sanitaire.

1ère proposition : des visites sur le territoire pour développer le sentiment d’appartenance et la connaissance de la Normandie. "Moi qui ai longtemps habité à Paris, souligne Marie, j’ai remarqué que les Normands, en particulier les jeunes, ne revendiquent pas tellement leur appartenance à leur région, je trouve qu’ils n’en sont pas assez fiers. Pour qu’une région avance, il faut des personnes qui y croient et qui s’impliquent, des jeunes surtout !" Le CRJ a donc imaginé l’organisation de « journées normandes » 2 à 3 fois par an dans différentes villes pour faire découvrir aux jeunes les multiples visages de la Normandie. "Nous avons testé notre idée auprès de jeunes et d’associations, explique Mathilde, et elle a été bien accueillie. Cela nous a rassurés de voir qu’on n’était pas à côté de la plaque."  La première journée normande a eu lieu le 3 juillet au Havre. Une cinquantaine de jeunes bénéficiaires du dispositif Atouts Normandie y a participé. 

2e proposition : une plateforme numérique participative pour faciliter l’orientation pour permettre aux jeunes d’être mieux informés sur la réalité des métiers et des filières. "J’ai choisi ce groupe de travail car c’est un sujet très important pour les jeunes de notre âge qui sont souvent perdus, explique Clémence. Nous avons donc pensé à une plate-forme numérique où les jeunes pourraient échanger avec d’autres jeunes et avec des professionnels, avoir des conseils et des informations, bénéficier de retours d’expérience, notamment via des ambassadeurs métiers."
Intégré à la plateforme Destination Métier de l’Agence régionale de l’orientation et des métiers, ce nouveau service est déjà opérationnel.

Les moments les plus forts de leur mandat

 "La séance d’installation à l’abbaye reste pour moi un moment solennel et impressionnant, estime Antoine. Mais le souvenir le plus marquant, c’est la visite du camp d’Auschwitz que j’ai faite avec 3 autres membres du CRJ et des lycéens."

 

Visite du camp d'Auschwitz
Visite du camp d'Auschwitz


"Moi il y a deux moments qui m’ont particulièrement marquée, se souvient Mathilde. D’une part quand nous avons écrit notre projet, c’était un week-end en septembre à Rouen où nous avons passé deux jours à rédiger ensemble, c’était très intense et très stimulant. Il y a aussi le moment où j’ai présenté avec Nathan notre projet de journée normande devant l’assemblée plénière, c’était ouf, je m’en souviendrai toute ma vie !"

 

CRJ Assemblée plénière
Présentation des projets devant l'Assemblée plénière

Crise du Covid : déstabilisés mais pas vaincus !

« Nous avons réussi à maintenir le lien, jusqu’à deux visios par semaine à certaines périodes. C’est sûrement plus que ce que nous aurions pu faire en temps normal car on n’aurait jamais trouvé autant de dates pour réunir tout le monde ! »

Mathilde Bazin

Voyage de citoyenneté : visite du Sénat

Leur mandat ayant démarré en décembre 2019, on peut dire que le Covid et le confinement les ont fauchés en plein élan ! "Cela nous a évidemment perturbés, explique Marie, surtout au début car on s’était vu seulement deux fois tous ensemble et certains n’avaient pas encore choisi leur thème de travail. Mais très vite on s’est organisés, on a fait des visios en petits groupes. L’équipe de la Région a été très réactive et à l’écoute. Elle a su trouver des outils adaptés et finalement cela a bien fonctionné. Nous avons fait beaucoup de rencontres virtuelles avec des acteurs et responsables régionaux que nous n’aurions sans doute pas pu faire autrement."
Pour Mathilde, le constat est mitigé : "Se parler en visio souvent nous a permis un meilleur suivi. Mais le Covid nous a aussi fait prendre du retard car nous n’avons pu mener à bien qu’un projet par groupe sur les deux prévus au départ."

La différence rassemble

« Dès le premier week-end d’intégration à Houlgate, tout le monde a bien accroché. C’était comme si on se connaissait depuis longtemps ! La cohésion s’est faite naturellement alors qu’on était tous très différents. Finalement, la différence rassemble. »

Clémence Lenoël, étudiante à Saint-Lô

1ère journée normande au Havre

A les entendre, ils ont tous vécu une aventure humaine exceptionnelle. "Rencontrer d’autres jeunes pour élargir mes horizons était une de mes motivations, souligne Marie. Au CRJ il y a eu tout de suite une bonne entente collective, une envie d’avancer tous dans le même sens, malgré nos différences. Beaucoup d’amitiés se sont créées. La parole est libre, chacun peut s’exprimer vraiment."
Pour Mathilde aussi, "le groupe a super bien fonctionné. Pourtant on est d’âge, de milieu et d’horizon géographique différents. Cela m’a permis de me rendre compte qu’on peut être plein de personnes différentes et mener quand même à bien des projets communs. C’est très positif et encourageant."

Les mots de la fin !

Clémence

Clémence Lenoël

J’ai vraiment adoré mon mandat. Cela m’a donné envie de m’engager dans la vie locale et associative.

Antoine

Antoine Zambano

Il y a une chose dont j’ai vraiment pris conscience grâce à cette expérience, c’est que souvent on a la critique facile quand on parle des décisions des élus. Mais on se rend compte quand on le vit de l’intérieur que ce n’est pas si simple, qu’il y a énormément de points de vue et d’intérêts divergents à prendre en compte. Et donc prendre la bonne décision n’est vraiment pas évident quand on prend le temps de considérer les choses.

Nathan

Nathan Ferrette

Cela m’a permis de rencontrer des Normands de partout.

Marie

Marie Buisson

J’aurais bien continué et on est plusieurs dans ce cas ! On va transmettre aux prochains notre compte Instagram qu’on est très contents d’avoir créé, j'espère qu'ils vont continuer !

Mathilde

Mathilde Bazin

Un conseil aux suivants : investissez-vous à 100% dans votre mandat, cela ne dure que 2 ans donc il faut foncer !

Le CRJ le jour de son installation à l'Abbaye aux Dames

Dialogue citoyen

logo