Aller au contenu principal
logo
Le kit Guinguette de Charlotte Vitaioli

L’impressionnisme en Normandie, toujours vivant et inspirant !

  • clock

Pour fêter les 150 ans du tableau Impression, soleil levant et préfigurer l’édition 2024 du festival, Normandie Impressionniste vous invite à partager un week-end culturel et festif, les 26, 27 et 28 août 2022. A travers une trentaine d’événements partout en Normandie, pour la plupart gratuits, de jeunes artistes contemporains font revivre l’esprit d’avant-garde de ce courant qui transforma durablement la représentation du monde et influença des générations de créateurs. Quelle audace, quelle modernité, quelle inventivité chez les impressionnistes d’hier et d’aujourd’hui !

« Fêter l’impressionnisme comme une ode à la vie, à la lumière, à l’eau et aux saisons. Un cri d’amour à la nature qui résonne avec encore plus d’acuité aujourd’hui ! »

Laurence Piquet, présidente de Normandie Impressionniste

3 jours festifs et interactifs

Durant 3 jours, de l’aube au crépuscule, les visiteurs pourront aller d’un site à l’autre à la découverte d’œuvres à la fois contemplatives, festives et interactives.

Waveparty par la chorégraphe Emmanuelle Vo-Dinh à l’aître Saint-Maclou à Rouen, ancien ossuaire du XVIe siècle unique en Europe, danse aérienne et musique dans la lumière de l’aube par la compagnie In Fine au milieu des ruines de l’abbaye de Jumièges, concert du groupe folk-rock La Maison Tellier en pleine forêt, carte blanche au célèbre réalisateur Bertrand Mandico, lecture par le comédien Denis Lavant, projections numériques sur le port du Havre par Joanie Lemercier ou au MuMa avec l'œuvre de Caroline Duchatelet… mais aussi ateliers, bal et moments festifs comme une guinguette imaginée par la plasticienne et performeuse Charlotte Vitaioli inviteront tous les publics à vivre intensément ce nouveau rendez-vous à l’imaginaire audacieux.

Ce sera aussi l’occasion de redécouvrir les riches collections impressionnistes dans les musées normands : une présentation inédite des collection du musée des Impressionnismes de Giverny, les œuvres du peintre Kees Van Dongen aux Franciscaines de Deauville, une exposition Gustave Courbet à la Villa Montebello de Trouville... 

C'est une invitation à partir à la rencontre de la scène artistique contemporaine tout en s’immergeant dans la magie des tableaux impressionnistes.

Impression, soleil levant

Claude Monet, Impression, soleil levant, 1872, musée Marmottan Monet

"Le 13 novembre prochain, au dire des experts, cela fera exactement 150 ans que Claude Monet a peint son chef d’œuvre, Impression, soleil levant. Ce jour-là, l’artiste s’était installé au petit matin face au port du Havre et avait retranscrit sur sa toile le ressenti éprouvé au spectacle toujours émouvant du soleil qui se lève. Tout était noyé dans la brume : la ville au lointain, le port fumant et les quelques embarcations qui passaient devant lui. Seul, le soleil se reflétait sur l’eau en de brèves traces colorées. D’un geste rapide, Monet s’était empressé de capter ce spectacle, sans souci de représentation décrite, si bien que la critique allait lui reprocher plus tard que son tableau n’était « pas mieux fait que du papier peint ». Et voilà comment Impression, soleil levant, peint en 1872, devait donner son nom deux ans plus tard à l’impressionnisme et, malgré les nombreuses invectives, s’imposer finalement comme une image culte de la modernité." Philippe Piguet, commissaire général de Normandie Impressionniste 2022 et 2024

Zoom sur 3 événements

Constellations de Joanie Lemercier

Né en 1982 à Rennes, Joanie Lemercier joue avec la perception visuelle du spectateur, pliant la réalité à son imagination. Travaillant principalement avec la projection de lumière et la programmation informatique, Joanie Lemercier transforme l’apparence des objets et des formes du quotidien, bouleversant l’espace et perturbant nos sens. De plus en plus préoccupé par le changement climatique et la dégradation de l’environnement, il nous invite à réfléchir à un futur possible.

Avec Constellations, on découvre au loin la silhouette d’une planète, projetée sur un grand mur. Cette image semble familière : un croissant de lumière sur une sphère parfaite, on croit reconnaître la lune. En se rapprochant, on peut observer des détails de cratères, d’irrégularités faites d’ombres et de reliefs. En regardant avec attention, on reconnaît les contours des continents, des mers et des océans. Les traces visibles sont celles de catastrophes, la monochromie révèle l’absence d’atmosphère, la disparition de l’eau. Au visiteur d’imaginer l’histoire qui se cache derrière le spectacle de cette planète inerte.

Joanie Lemercier expose également jusqu’au 4 septembre au Tetris où il présente une rétrospective de son travail dans le cadre d’Un été au Havre.

Du 25 au 27 août 2022, de 20h30 à 1h au bassin du Roy au Havre. Gratuit sans réservation.

Nuit étoilée à Jumièges

Le 27 août, l’abbaye de Jumièges propose aux plus aventureux de planter leur tente pour la nuit dans le parc. À partir de 19h30, les visiteurs pourront arriver sur le site, s’installer sur leur emplacement et profiter des différentes animations proposées jusqu’à l’extinction des feux.

Au programme, visite dans le cœur de Notre-Dame, de l’installation A roof for silence de l’architecte libanaise Hala Wardé, animations pour un public familial (enquêtes géantes, contes, spectacles de petites formes) ou bien encore lectures des poésies d'Etel Adnan, poétesse et peintre américano-libanaise, viendront ponctuer cette soirée sous les étoiles. A l’aube, dès 7h du matin, les visiteurs pourront assister au spectacle Levant’i de la compagnie In Fine.

Le 27 août 2022 de 19h30 à 7h. Gratuit avec réservation à abbaye-de-jumieges@seinemaritime.fr

Le kit Guinguette de Charlotte Vitaioli

Normandie Impressionniste souhaite partager avec le plus grand nombre l’esprit festif des impressionnistes. C’est l’objet du "kit Guinguette", nouvel outil pédagogique et ludique pensé en hommage aux guinguettes, véritables lieux de vie, d’inspiration et de création pour les artistes impressionnistes.

Ce premier kit a été commandé à Charlotte Vitaioli, plasticienne et performeuse à l’univers solaire et estival. Il préfigure un concept de créations visuelles, sonores… qui permettra à tous ceux qui le souhaitent de participer à la "fête impressionniste" en créant des guinguettes contemporaines à l’occasion des futures éditions de Normandie Impressionniste : nappes, fanions, rideaux, tapis, parasols…

Il sera présenté le 26 août à l’occasion d’un moment festif animé par plusieurs artistes : le réalisateur expérimental Bertrand Mandico pour une programmation impressionniste composée d'une sélection d’objets filmiques contemporains, le compositeur Pierre Desprats pour un DJ set.

Le 26 août 2022 de 18h30 à 1h au Frac Normandie à Caen. Gratuit sans réservation. Le 28 août 2022 de 12h à 17h Chez Lili au Havre. Gratuit sans réservation.

La petite histoire de l'impressionnisme

On attribue l’origine du terme "impressionnisme" à Louis Leroy, journaliste et critique d’art, qui l’utilisa dans un article paru le 25 avril 1874, où il se montra très critique envers le tableau Impression, soleil levant de Claude Monet.

Né vers 1850, le mouvement impressionniste marque un tournant : à cette époque, les peintres s’inspirent essentiellement de sujets historiques ou religieux, les tableaux sont emplis de détails et le plus lisses possible pour faire disparaître toute trace de pinceau.

Un groupe de jeunes artistes (composé essentiellement de Claude Monet, Pierre-Auguste Renoir, Edgar Degas, Camille Pissarro, Gustave Caillebotte, Berthe Morisot…) va bousculer l’ordre établi. Aidés par l’apparition de la photographie et l’invention des tubes de peinture souples, ils n’ont plus besoin de représenter la réalité (la photographie s’en charge) et peuvent sortir de leurs ateliers. Ils se mettent à peindre la nature et la vie de tous les jours, avec de la lumière et des couleurs vives. Ils ne posent plus directement la peinture sur la toile mais l'appliquent par petites touches, créant un effet d’illusion et de vibration. Ils captent l'instant présent et laissent passer leurs émotions dans leurs œuvres.

Une nouvelle manière de peindre est née, qui va connaître un succès croissant et marquer à jamais l’histoire de l’art.

6 destinations cultes

6 destinations cultes (parmi bien d'autres) permettent de célébrer l'impressionnisme...

Le Havre et Sainte-Adresse

Si le port s’est considérablement modernisé, la plage du Havre offre encore de nos jours une véritable expérience impressionniste, avec une vue sur la mer baignée de lumière et évoluant au rythme des caprices atmosphériques. Sur le quai de Southampton, 150 ans après Monet, faire l’expérience d’un lever du soleil sur une mer livrée à son activité portuaire constitue un moment inoubliable. C’est dans cet environnement, au bord de l’eau, que le MuMa, musée d’art moderne André Malraux du Havre expose de façon permanente l’une des plus belles collections impressionnistes de France.

A quelques encablures du MuMa, perchée sur une colline, Sainte-Adresse est une station balnéaire en vogue au XIXe siècle. Monet y séjourna durant l’été 1867 et y réalisa ses premières œuvres impressionnistes, dont la fameuse Terrasse à Sainte-Adresse qui a fait le tour du monde.

En contrebas de la colline, la plage de Sainte-Adresse reste aujourd’hui un lieu prisé des peintres et des estivants. Les terrasses et bars de plage ouverts vers l’horizon permettent de replonger dans les variations lumineuses et le ballet incessant des bateaux qui ont séduit le jeune Monet. Spot réputé pour les sports de glisse, cette station balnéaire singulière vaut le détour pour ses villas et son “bout du monde”. Sous cette dénomination poétique, on trouve un charmant bar avec vue imprenable sur les couchers de soleil, une digue promenade et la sensation d’être au bon endroit.

Honfleur et la ferme Saint-Siméon

À la suite de William Turner, nombreux sont les peintres, dont Claude Monet, qui se sont entichés de la petite cité médiévale d’Honfleur. Qualifiée de “cité des peintres” depuis le XIXe siècle, la ville a inspiré de nombreux artistes. Natif de Honfleur, Eugène Boudin en est l’un des plus célèbres représentants. Véritable mentor de Claude Monet qu’il rencontre en 1858, il invite le jeune peintre à le suivre dans ses séances de peinture en plein air. “Je dois tout à Boudin”, dira par la suite Monet. Sous l’impulsion de Boudin, Honfleur devient un centre de création artistique exceptionnel. Il est toujours enivrant de se perdre dans ce port aux allures de tableau vivant, avec ses ruelles ornées de maisons à colombages ou habillées d’ardoises qui n’ont guère subi les outrages du temps depuis les Impressionnistes.

Sur les hauteurs, au milieu des pommiers, la ferme Saint-Siméon fut un lieu de rencontre et de création effervescent où se croisèrent Claude Monet, Eugène Boudin, Gustave Courbet, Charles-François Daubigny et bien d’autres. Aujourd’hui c’est devenu un hôtel-restaurant d’excellence, offrant un havre de paix où on peut loger dans la chambre favorite de Claude Monet ou l'ancien atelier de Camille Corot.

Trouville-sur-Mer

En 1870, Monet séjourne en famille à Trouville. Emboîtant le pas à Eugène Boudin, il y croque des scènes de plage représentant l’avènement d’une société des loisirs où triomphe le plaisir balnéaire. Parmi ces tableaux, le splendide Sur la plage à Trouville, représentant sa femme Camille, et L’hôtel des Roches noires sont à admirer aux musées Marmottan Monet et d’Orsay.

Flâner dans une ambiance fin XIXe en se promenant sur les planches de Trouville offre un moment hors du temps, on y tombe sous le charme de cette plage bordée de magnifiques villas prisées par la belle société de l’époque. Des lieux de visite, tels que la Villa Montebello ou la Villa du temps retrouvé permettent de comprendre le développement de la villégiature sur la côte Fleurie, source de passions artistiques. A quelques encâblures, Deauville abrite depuis 2021 un nouvel espace multiculturel, les Franciscaines, qui expose régulièrement sa collection impressionniste issue du fonds Peindre en Normandie, dont quelques œuvres du jeune Monet.

Giverny

Giverny : le pont japonais de Claude Monet

Chargée de souvenirs de Claude Monet et pleine d’émotions, la “maison aux volets verts” garde intacte l’âme du maître de l’impressionnisme qui y vécut de 1883 jusqu’à sa mort en 1926. Elle invite à plonger dans l’intimité de l’artiste, notamment grâce à sa collection d’estampes japonaises ainsi qu’à la reconstitution des chambres à coucher. La salle à manger de la maison, et ses célèbres murs jaunes, a été restituée dans ses moindres détails. Dans la vaste cuisine aux carreaux bleus de Rouen étincelants, l’immense cuisinière aux multiples fourneaux et les ustensiles de cuivre semblent attendre le retour de leurs propriétaires. Point d’orgue de la visite : le salon-atelier de l’artiste a été reconstitué avec près de 80% du mobilier. Une soixantaine de reproductions de toiles sont exposées dans un accrochage dense, reprenant l’atmosphère de foisonnement créatif dans lequel vivait Monet.

C’est ici que le peintre puisa les principaux sujets de ses tableaux. Passionné par la botanique, il composa peu à peu son jardin comme une œuvre d’art structurée autour de jeux de lumières, reflets, perspectives, touches de couleur et zones d’ombre. Le “clos normand” foisonne de parterres de fleurs dont une partie est composée en touches colorées comme une palette de peintre. Planté de végétaux orientaux et de saules pleureurs, avec son fameux pont japonais peint en vert et ses nymphéas, le “jardin d’eau” constitue un fascinant miroir à la célèbre série des Nymphéas qui a fait le tour du monde et dont un exemplaire se trouve au Musée des Impressionnismes Giverny.

Situé au cœur du village, ce musée explore toute l’histoire de ce mouvement pictural emblématique, de ses précurseurs à ses héritiers, français comme étrangers. La collection rassemble, entre autres, des œuvres de Boudin, Monet, Bonnard, Signac et Caillebotte.

Rouen

Avec ses ruelles chargées d’histoire, son architecture flamboyante et ses lumières changeantes, Rouen est un atelier à ciel ouvert des impressionnistes ! A l'instar de Camille Pissarro, Monet y a séjourné à plusieurs reprises, captant la beauté de la cathédrale dans ses variations lumineuses avec sa prodigieuse série d’une trentaine de toiles. 

Dans son bel édifice du XIXe siècle, le musée des Beaux-Arts de Rouen possède une l’une des plus importantes collections de tableaux impressionnistes de France. Elle se compose d’œuvres majeures : La Cathédrale de Rouen de Claude Monet, Le Pont Boieldieu à Rouen, soleil couchant, temps brumeux de Camille Pissarro, Dans un café de Gustave Caillebotte ou encore L’Église de Moret (plein soleil) d’Alfred Sisley. Le musée présente également plusieurs œuvres impressionnistes de l’École de Rouen : Alfred Lebourg, Charles Angrand, Robert-Antoine Pinchon ou Joseph Delattre. Ces chefs-d’œuvre sont regroupés dans la Galerie Impressionniste.

Le musée accueille également depuis début septembre 2021, le legs du médecin rouennais Lucien Baudoux et de son épouse, Simone Baudoux. Constituée de 31 toiles de maîtres de la fin du XIXe au début du XXe siècle, la collection s’articule notamment autour de marines représentant les bords de Seine et le littoral normand. Des œuvres de Renoir, Boudin, Lebourg côtoient celles de Dufy, Bonnard, Chagall et la pièce maîtresse de la donation : Vierge, lune et colombe au coucher du soleil.

Etretat

Admirer un coucher de soleil du haut des falaises constitue toujours un précieux moment d’émerveillement. Entre 1883 et 1886, Claude Monet séjourne régulièrement à Étretat, fasciné par les spectaculaires falaises de ce petit port. Il représente ces époustouflants paysages plus de 80 fois ! La vision de ces falaises maintes fois peintes par de grands artistes constitue un défi pour Monet. Il cherche donc de nouvelles approches et consacre plusieurs toiles à la Manneporte, la plus haute des falaises d’Étretat.

Avec sa vue en contre-plongée, le tableau fait surgir presque naturellement la falaise de la mer et capte le miroitement du soleil dans les reflets de l’eau. Le musée des Beaux-Arts de Caen expose ce célèbre tableau de Claude Monet intitulé Étretat, la Manneporte, reflets sur l’eau. La vision impressionniste s’offre également à ceux qui optent pour une balade en mer.

Dialogue citoyen

logo