Aller au contenu principal
logo
alert
Alerte

Le port du masque ne sera plus obligatoire sur le réseau NOMAD à compter du lundi 16 mai 2022. Il reste recommandé, notamment pour les personnes sortant d'isolement après un test positif, les cas contacts à risque, les personnes symptomatiques et/ou vulnérables.

En savoir plus
Arielle

Arielle : saisir sa chance de devenir ingénieure à Rouen

  • clock

« Nous avons été accueillis par la promotion béninoise de l’année précédente. Ils nous ont aidé à trouver un logement, découvrir l’école, nous repérer dans l’agglomération. »

Arielle Marie Montcho, 21 ans, étudiante béninoise à l’école d’ingénieurs ESIGELEC Rouen

Après 2 ans de prépa au Bénin, Arielle a intégré le cycle ingénieur de l'ESIGELEC Rouen. ©Nicolas Broquedis_Région Normandie

La première chose qui l’a surprise en arrivant en Normandie, c’est ce soleil qui brille sans chauffer. Et aussi le métro, surgissant des entrailles de la terre. Elle y est montée pour la première fois de sa vie ; elle l’a pris à l’envers. Arielle Marie Montcho est arrivée à Saint-Etienne-du-Rouvray, sur le campus universitaire de Rouen, le 1er septembre 2020. Mais elle n’était pas seule, loin de là. Cinquante étudiants béninois venus de la prépa intégrée Père Aupiais de Cotonou ont fait leur entrée en même temps à l’ESIGELEC. Après deux années de cycle préparatoire au Bénin, ils ont intégré le cycle ingénieur en France.

La petite communauté étudiante partage la même résidence universitaire à Saint-Etienne-du-Rouvray. C’est ce qui les sauvera, un mois plus tard, quand le Covid confine tous les étudiants à domicile. Plus de cours à l’école ni de sorties. La découverte de la Normandie commençait mal, mais ils ont résisté. « On s’est entraidés et les profs nous appelaient à tour de rôle pour ne pas nous laisser décrocher. » 

En alternance entre Rouen et Nantes

L'été suivant, Arielle a trouvé un job dans un fast-food de Tourville-la-Rivière. Si sa famille l’aide financièrement, elle doit aussi contribuer au coût de ses études : l’inscription à l’école coûte 7 500 € à l’année, le logement universitaire 250 € avec les aides au logement de la CAF (Caisse d’allocations familiales). Surtout, la 4e année du cycle d’ingénieur s’effectue en alternance et Arielle va partir travailler un mois sur deux à Nantes chez Arcelor Metal. L’entreprise, qui l’a recrutée via un forum internet dédié à l’alternance (Seekube), la salarie et la forme en qualité d’ingénieur instrumentation. À l’école, Arielle suit une spécialisation en automatique robotique industrielle. Avec une autre étudiante en entreprise à Bordeaux, elles se sont arrangées pour louer un logement chez l’habitant à Saint-Etienne-du-Rouvray, qu’elles occupent alternativement. À Nantes, Arielle a trouvé un appartement grâce au site Ma nouvelle vie qui accompagne la mobilité des alternants.

Arielle aime cuisiner pour ses amis. ©Nicolas Broquedis_Région Normandie

Le coût des deux loyers revient à 650 € par mois pour l’étudiante, qui touche un salaire de près de 1 000 €. « J’arrive à gérer », sourit Arielle, qui apprécie aussi le rythme de l’alternance. « Un mois, c’est suffisant pour être pleinement à l’école ou à l’entreprise et ça évite de multiplier les voyages en train. J’ai un tuteur en entreprise et un autre à l’école qui m’accompagnent. » L’alternance est un contrat pour deux ans, à l’issue duquel Arielle sortira ingénieure diplômée. Et après ? « J’aimerais poursuivre mes études en master spécialisé et accumuler quelques années d’expériences professionnelles en France avant de rentrer pour en faire profiter mon pays ». 

La filière ingénieur

Atelier de soudure sur circuit imprimé à l’ESIGELEC Rouen. ©Nicolas Broquedis_Région Normandie

En France, 7% des étudiants étrangers font le choix des écoles d’ingénieurs. Ils viennent principalement d’Asie et d’Océanie (11%), d’Afrique du nord, du Moyen Orient et des Amériques (9%). 
302 étudiants béninois sont inscrits dans une école d’ingénieurs en France : c’est l’une des progressions les plus fortes de ces dernières années (+ 74% entre 2014 et 2019).

« Sortir de sa coquille » 

Arielle sait bien combien s'est important, elle qui, malgré le Covid et le rythme soutenu des études en alternance, a réussi à se tisser un solide réseau d’amis, de toutes les nationalités. Quand elle a le temps, elle cuisine béninois pour eux. Sinon, c’est resto, à Rouen, un verre en terrasse autour du palais de justice, un film d’horreur au cinéma, une expo au musée des Beaux-Arts, une visite de l’Aquarium… À Saint-Etienne-du-Rouvray, elle apprécie la forêt et les parcs, surtout en été quand les soirées s’allongent. Le campus universitaire attire un grand nombre d’étudiants. Et même si les Normands ne sont pas aussi « chauds bouillants » qu’au Bénin, elle reconnaît qu’ils savent aussi faire la fête lors des grandes occasions !  

« C’est une chance pour moi de venir étudier en Normandie. Les diplômes sont reconnus internationalement, les établissements forment très bien et il n’existe pas de cursus supérieur d’ingénieur au Bénin. La sélection a été rude pour pouvoir entrer à l’ESIGELEC, alors j’ai très envie de réussir. Ma famille a accepté mon choix de partir, estimant que c’était pour mon bien. Pour moi, l’ingénieur est celui qui réfléchit à produire des choses nouvelles, pour améliorer la vie des gens. Très peu de filles en Afrique se destinent à des études scientifiques. Pourtant, personne ne doit les empêcher de rêver grand et de réaliser leurs rêves. Sortir de sa coquille, ça fait du bien aussi ! » 

L’accueil des étudiants étrangers à l’ESIGELEC

L’école d’ingénieurs de Rouen a une longue tradition d’accueil des étudiants internationaux. À la rentrée 2021, elle comptait 715 étudiants internationaux, soit 39% de sa population étudiante, tous programmes confondus. La majorité des étudiants sont francophones et sont inscrits en programme ingénieur enseigné en français, précédé si nécessaire par un cycle d’adaptation linguistique et scientifique. Les autres étudiants sont anglophones et suivent les programmes enseignés en anglais : le Master en Sciences et Technologie (2 parcours) ou le MSc-master of science. Certains étudiants sont en formation doctorale.

Arielle devant les grilles de l’école d’ingénieurs ESIGELEC Rouen, à Saint-Etienne-du-Rouvray. ©Nicolas Broquedis_Région Normandie

Classement

L’ESIGELEC est classée 9e des écoles généralistes et pluridisciplinaires post bac en France et 5e des écoles privées (1ère privée hors Ile de France). Tous niveaux d’entrée confondus, elle se place 14e des écoles généralistes.

Classement du Figaro des écoles d’ingénieurs 2021

Tout comme l’offre de formation, le site de l’école est décliné en français et en anglais. L’école propose également des cours de FLE (français langue étrangère), des services d’accueil gratuits comme une navette aéroport à l’arrivée à Paris, un accompagnement pour la réservation d’un logement, un soutien pour les démarches administrative (titre de séjour, santé, assurances, banque, etc.) et un accueil de proximité entre étudiants. La vie associative contribue à l’intégration des étudiants internationaux dans la vie de campus avec des étudiants référents, des associations comme Esig’Afrik ou Esig’Orient, l’organisation d’événements. Une offre de bourses pour les programmes Master et MSc en anglais complète le dispositif d’accueil pour les étudiants anglophones.
 
L’ESIGELEC accueille sur son campus 44 nationalités étrangères : la plupart sont originaires d’Afrique et d’Asie (Béninois, Camerounais, Sénégalais, Marocains, Burkinabés, Gabonais, Tunisiens ainsi que Chinois, Indiens et Sri-lankais). Sur son campus délocalisé à Chengdu en Chine, l’ESIGELEC forme aussi des étudiants chinois.

La Région Normandie avec l’ESIGELEC 

En attribuant un total de 7,2 millions d’euros à l’ESIGELEC, la Région Normandie a notamment permis la création de salles de cours, l’extension du self, le soutien à l’incubation de projets innovants. En 2021, elle a également participé à la mise en œuvre d’une chaire d'entreprises en e-santé (dispositif RIN Actions Sup’).  

La cantine de l'ESIGELEC Rouen, financée en partie par la Région Normandie ©Nicolas Broquedis_Région Normandie

Comme Arielle, vous voulez venir étudier à Rouen ?

Enseigne des Docks 76, sur les quais de Seine où Arielle aime faire du shopping. ©Nicolas Broquedis_Région Normandie

Métropole de Rouen Normandie : 5 194 étudiants internationaux
Université de Rouen : 29 000 étudiants dont 3 000 étudiants internationaux de 120 nationalités

Un guichet unique : l’Espace Monde. 

Découvrez d'autres portraits d'étudiants étrangers en Normandie

Dialogue citoyen

logo