L'histoire passionnante de la Normandie

L’héritage des Vikings, les relations avec l’Angleterre, le Débarquement du 6 juin 1944… Par son passé riche, la Normandie occupe une place particulière dans l’histoire de France.

La Normandie, qui ne s’appelle pas encore ainsi, est peuplée de 9 tribus celtes quand César achève sa conquête de la Gaule, en l’an 51 avant J.-C. Quelque 350 ans plus tard, alors que les invasions des peuples barbares font vaciller l’empire romain et que la christianisation a débuté, les réformes de l’empereur Dioclétien esquissent, avec la province de la IIe Lyonnaise, les contours de la Normandie actuelle. Au début du VIe siècle, ce territoire tombe aux mains de Clovis, roi des Francs, et intègre la Neustrie, qui couvre en grande partie le nord de la Gaule.

La Normandie naît avec les Vikings

Au IXe siècle, les rives de la Seine et les côtes de la Manche subissent les attaques violentes et destructrices des Vikings. Venus de Scandinavie, ceux-ci s’installent progressivement dans la région. En 911, le roi carolingien Charles le Simple met fin à ces invasions par le traité de Saint-Clair-sur-Epte. Il concède alors à Rollon un territoire s’apparentant à peu près à l’ex Haute-Normandie. En échange, le chef viking se convertit au christianisme et garantit la paix. La Normandie, « pays des hommes du Nord », est née ! Dès 933, elle s’étend aux limites qu’on lui connaît aujourd’hui.

Guillaume le Conquérant et le royaume anglo-normand

À la tête du duché de Normandie, les descendants de Rollon bâtissent l’un des États les plus puissants et les mieux organisés d’Europe, qui va prospérer durant près de 300 ans. Guillaume le Conquérant s’empare de la couronne d’Angleterre en 1066. Un siècle plus tard, la domination normande en Europe occidentale s’étend jusqu’aux Pyrénées, sous la dynastie des Plantagenêt. Mais après plusieurs années de convoitise, le royaume de France du capétien Philippe Auguste prend finalement possession de la Normandie en 1204.

De la Guerre de Cent ans à la Révolution

La Normandie, qui a conservé son droit coutumier et sa juridiction spéciale, l’Échiquier, poursuit son développement... jusqu’à la Guerre de Cent ans et l’occupation anglaise, entre 1417 et 1450. Elle revient définitivement dans le giron du royaume de France quand Louis XI met fin au duché en 1469. Province frontalière et stratégique, la Normandie subit l’emprise croissante du pouvoir monarchique, notamment avec la répression du protestantisme (XVIe s.) et des révoltes populaires (XVIIe). Mais c’est la Révolution qui porte le coup de grâce au particularisme normand, avec l’abolition du droit coutumier et le découpage administratif en 5 départements.

Essor économique et culturel

À partir du XIXe siècle, la Normandie connaît un essor économique et culturel considérable, sous l’effet de la Révolution industrielle, du développement des élevages bovins, de l’apparition des bains de mer et de la présence de nombreux artistes (Flaubert, Maupassant, Monet…). La crise des années 1930 et la Seconde Guerre mondiale briseront cet élan.
Sous occupation allemande dès 1940, théâtre du débarquement des Alliés et de la bataille de Normandie en 1944, la région paiera un lourd tribut à l’éradication du nazisme : 20 000 civils morts, des villes et des villages rasés.

Modifié le 13/02/2017