Aller au contenu principal
logo

Matériel, gares et infrastructures

  • clock

La Normandie ne manque pas d’ambition pour développer le ferroviaire et mettre en œuvre une alternative sérieuse au tout-voiture, en rendant le train plus accessible et pratique.

En 2016, l’Etat, la Région et SNCF Mobilités actaient le transfert de la compétence des lignes Intercités Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Caen-Cherbourg/Trouville-Deauville, Paris-Evreux-Serquigny, Paris-Granville et Caen-Le Mans-Tours, de l’Etat vers la Région au 1er janvier 2020.

Première région à avoir obtenu ce transfert, en contrepartie d’un effort financier très important de l’Etat (1,4 milliard d’euros), la Normandie met ainsi tout en oeuvre pour que la situation ferroviaire s’améliore au plus vite :

  • 742 millions d’€ pour l’achat de 40 trains neufs Omneo Premium + 20 millions d’€ d’adaptation du réseau pour les accueillir
  • 500 millions d’€ de travaux pour remettre en état les infrastructures dégradées (voies, tunnels, ponts…), notamment vers Paris
  • 130 millions d’€ pour assurer en Normandie la maintenance des trains
  • Près de 80 millions d’€ pour moderniser et rendre accessibles les gares et pôles d’échanges multimodaux

Des trains neufs au confort proche des TGV

Afin d'améliorer les conditions de transport et de remplacer de trains à bout de souffle, la Région a commandé au constructeur Bombardier Transport 40 trains neufs Omneo Premium. Ils circulent sur 3 axes – Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Caen-Cherbourg et Paris-Deauville/Trouville. L'ensemble des rames OMNEO est en circulation depuis le 23 septembre 2021.

Ces matériels plus souples, plus modernes, plus fiables participent fortement à l’amélioration de la ponctualité sur les lignes. En effet, pour le premier trimestre 2021 le taux de ponctualité des lignes normandes a atteint près de 93% contre environ 86,6% pour le premier trimestre 2020.

Les atouts de l'OMNEO : 

  • Un meilleur confort pour les clients :
    • Wifi à bord
    • Distributeur de boissons chaudes en voiture 4 
    • Montée de plain-pied permettant un accès facilité pour les personnes à mobilité réduite
    • Des sièges confortables et spacieux avec têtières liseuses et prises électriques/ USB… 
    • Des cloisons de séparations
    • Des bagageries
    • Une bonne isolation thermique et phonique 
    • Espaces Vélos en voiture 3
    • Tables à Langer en voiture 1 ou 11
    • De nombreux WC, certains accessibles aux PMR
  • Une montée/descente des voyageurs facilitée avec des portes larges et coulissantes 
  • Un nouveau système d’Information qui informe en temps réel les voyageurs en diffusant des annonces sonores et visuelles.
  • Un matériel plus moderne et souple, avec une vitesse maximale de 200 km/h et une accélération et un freinage plus rapides
  • Une exploitation facilitée, avec un matériel réversible (cabine de conduite en tête et en queue), ce qui permet d’éviter les manœuvres en gare de Saint-Lazare et gagner ainsi du temps, et donc des points en ponctualité.

Par ailleurs, 27 nouveaux trains (montant : 480,6 millions d’€), d’un niveau de confort très proche des 40 déjà acquis, circuleront à partir de 2024 sur les lignes régionales.

L'OMNEO normand en quelques chiffres

  • long de 135 mètres
  • composé de 10 voitures par rame
  • avec 427 places assises et 78 strapontins, soit 505 places
  • il roule à une vitesse maximum de 200km/h sur l'axe Paris-Cherbourg
  • et 160 km/h sur l'axe Paris-Le Havre

La maintenance en Normandie

Pour gagner en efficacité, la Région a aussi décidé de relocaliser toute la maintenance des trains en Normandie. D’où un vaste chantier lancé pour moderniser, agrandir et/ou rénover les technicentres de Sotteville-lès-Rouen, Le Havre, Cherbourg, Caen et Granville. L’ensemble des matériels roulants normands est donc entretenu et préparé sur place et non plus sur Paris comme avant.

Rénovation et modernisation de 30 trains TER

Une convention de financement pour un montant de 84M€ a été signée par la Région Normandie et SNCF Voyageurs. Elle porte sur la rénovation et les "opérations mi-vie" de 30 rames AGC (Autorail à Grande Capacité) acquises entre 2004 et 2010 par la Région. Les opérations débuteront en Janvier 2023 pour une durée de 4 ans au Technicentre Industriel de Quatre-Mares situé à Sotteville-lès-Rouen. Elles s’inscrivent comme une alternative à l’achat de matériel roulant neuf en utilisant de façon optimale un train durant toute sa durée de vie. 

En effet, après environ 20 ans de circulation, à "mi-vie", les rames TER doivent être entièrement révisées et rénovées pour leur permettre de circuler à nouveau durant 15 à 20 ans en toute sécurité et dans les meilleures conditions de confort pour les voyageurs. Cette opération de maintenance lourde consiste à reprendre la quasi-intégralité de la rame pour la remettre dans un état quasi-neuf. Il s’agit ainsi de démonter l'intégralité de chaque train pour nettoyer, réparer et repeindre chacune des pièces puis les remonter à l'identique. Cette phase permet de s’assurer de l’état et du bon fonctionnement des pièces utilisées. 

Des amélioration complémentaires voulues par la Région

 Pour améliorer l'esthétique et le confort pour les voyageurs : 

  • ajout de nouveaux emplacements vélos (12 par rame) pour répondre aux fortes attentes des voyageurs,
  • remplacement des sièges par des sièges neufs, 
  • passage à un éclairage LED, ajout de prises électriques sur les sièges 

 

Pour renforcer les performances environnementales du train : 

  • mise en place du tri sélectif en plateforme, 
  • mise en places de vitres HD permettant une meilleure permissivité aux ondes donc une meilleure réception des données 4G et 5G pour les voyageurs, 
  • mise en place du mode économie d’énergie lors du stationnement, qui permettra de réduire la consommation d’énergie de plus de 59000Kw/H par an soit plus de 9000 litres de gasoil par engin et par an.

Avancement des travaux du technicentre de Soteville-lès-Rouen

Le technicentre peut dorénavant, en plus d’assurer la maintenance des rames Régiolis et TER2NNG, réaliser les opérations de maintenance des nouvelles rames « OMNEO » du constructeur Bombardier, ayant commencé à circuler sur le réseau Normand au début de l’année.

 

L’atelier de maintenance SNCF de Sotteville-lès-Rouen, par sa dimension, son emplacement et son programme, est un projet exemplaire : d’un coût de plus de 70,5 millions d’euros, il est financé à hauteur de 50 millions par la Région Normandie, 13 millions par SNCF, 7 millions d’euros par l’État, et 500 000 euros par la Métropole Rouen Normandie.

 

Avec la mise en oeuvre de 3 voies longues supplémentaires de maintenance et d’une voie de dépannage, les installations du Technicentre permettent désormais d’assurer la maintenance de l’ensemble des matériels longs ainsi que celle des matériels à un et deux niveaux. Ces nouvelles installations permettent, par leur conception et leur ergonomie (luminosité, confort, accès en toiture…), d’améliorer l’organisation de la maintenance en optimisant les délais d’intervention et en traitant davantage de rames simultanément. L’objectif est une meilleure disponibilité des trains pour les voyageurs.

 

Par ailleurs, ce nouvel atelier bénéficie d’avancées en matière de développement durable : une consommation de chauffage divisée par 5 grâce à une meilleure isolation ; un éclairage du bâtiment avec des ampoules LED ; une mise en place de bornes de recharge électriques sur le parking pour 8 véhicules et un réservoir de 40m3 permettant de récupérer les eaux de pluie pour nettoyer l’atelier.

Faire des gares des lieux de vie

Des aménagements sont également en cours ou programmés dans de nombreuses gares. Objectif : rendre l’ensemble des sites (bâtiments voyageurs, quais et accès, traversée des voies, parvis) accessibles aux personnes à mobilité réduite, conformément au Schéma d’accessibilité.

Plus globalement, il s’agit de faire des gares des lieux de vie à part entière, mieux intégrés à leur environnement et offrant un plus haut niveau de services (espaces de travail, accès wifi, connexion avec d’autres moyens de transport, parking à vélos…).

Parmi les réalisations récentes ou en cours : la rénovation et la mise en accessibilité de la gare de Lisieux, la rénovation globale de la gare de Rouen et de ses abords, le pôle d’échanges multimodal d’Yvetot, la gare touristique et éco-durable à Pont l’Evêque…

Gare de Lisieux Normandie

Le 4 février 2021, la gare de Lisieux Normandie, rénovée, modernisée et désormais accessible aux personnes à mobilité réduite, a été inaugurée. 

Doté d’un investissement de près de 19 millions d’euros, ce projet démarré il y a trois ans, s’inscrit dans un projet global pour améliorer le confort des usagers et l’attractivité de la gare. 

Le chantier a été mené sur deux fronts en parallèle. D’une part la rénovation du Bâtiment Voyageurs, réalisé par les équipes de SNCF Gares & Connexions. D’autre part la mise en accessibilité des quais et la pose d’une passerelle architecturale, effectué par les équipes de SNCF Réseau. 

L’ensemble de ce projet s’inscrit dans le cadre du Schéma Directeur d’Accessibilité Programmé (ADAP), co-construit avec la Région et qui vise à rendre accessibles d’ici 2025 38 gares normandes. 

Communiqué de presse

Opération travaux : moderniser le réseau

Un saut-de-mouton à Clichy pour améliorer les accès des trains à Paris Saint Lazare

La mise en place d'un saut-de-mouton - croisement dénivelé entre les voies ferrées, qui prendrait place à Clichy - est la solution la plus pertinente pour répondre au problème de densité des circulations et de cisaillements, qui perturbent la régularité des trains normands et franciliens. Le coût total de ce projet est estimé entre 160 et 200 millions d’euros. 

Les collectivités normandes se sont mises en capacité de porter financièrement ce projet, à hauteur de 50 %, aux côtés de l’Etat. De plus, afin de faire accélérer la réalisation des études préparatoires à la phase d’élaboration de l’avant-projet du saut de mouton, la Région a pris en charge financièrement la part de la Région Ile-de-France, soit 225 000 euros, portant la participation de la Région à 450 000 euros sur les 900 000 euros du coût total des études partagé avec l’Etat.

Parallèlement, la Région investit massivement dans la remise en état des « lignes de desserte fine », au plus près des territoires pour le transport des voyageurs comme des marchandises.

Exemples d’opérations en cours, pour la plupart financées à plus de 90% par la Région : Avranches-Dol, Flers-Argentan, Oissel-Elbeuf, Abancourt-Le Tréport, Bréauté-Fécamp (en partenariat avec l’Agglomération Fécamp-Caux-Littoral). Menée avec la Région Hauts de France, la réouverture de la ligne Beauvais-Abancourt-Le Tréport est un autre chantier important qui va s’achever progressivement entre fin 2019 et début 2020. 

La Région investit dans des infrastructures permettant le transport de marchandises par voies ferrées : plus de 90 M€ de subvention régionale dans le cadre des travaux pour la modernisation de l’axe Serqueux-Gisors (électrifier la ligne, moderniser les systèmes de signalisation et de communication ferroviaires, supprimer 9 passages à niveau avec la mise en place de rétablissements des routes concernées et la pose de protection acoustiques. Un raccordement ferroviaire a également été créé sur les communes de Serqueux et Forges-les-Eaux afin de relier les axes Gisors-Serqueux et Rouen-Amiens sans rebroussement) ; plus de 5 M€ de subvention régionale pour les travaux de renforcement de la tranchée ferroviaire couverte de Rouen rive gauche.

La ligne Serqueux-Gisors réouvre aux circulations de voyageurs à partir du 29 mars 2021

Après une période de travaux de modernisation de grande envergure engagés depuis 2017, la ligne Serqueux-Gisors réouvre aux circulations de voyageurs à partir du lundi 29 mars. 4 allers-retours directs quotidiens sont mis en œuvre du lundi au vendredi en complément de la desserte routière et 5 circulations en car sont assurées le weekend. 

Dans le sens Serqueux – Gisors : 
-    TER 851602 : 6h02 Serqueux – 6h41 Gisors 
-    TER 851604 : 7h50 Serqueux – 8h29 Gisors 
-    TER 851606 : 17h07 Serqueux – 17h46 Gisors 
-    TER 851698 : 18h59 Serqueux – 19h38 Gisors 

Dans le sens Gisors - Serqueux
-    TER 851601 : 6h56 Gisors – 7h35 Serqueux
-    TER 851603 : 8h45 Gisors – 9h24 Serqueux 
-    TER 851605 : 18h10 Gisors – 18h49 Serqueux
-    TER 851607 : 19h48 Gisors – 20h27 Serqueux

Les travaux les plus importants et coûteux concernent la ligne historique Le Havre-Rouen-Paris, dont la dégradation a des répercussions sur l’ensemble du réseau normand. Programmés autant que possible la nuit et le week-end, ces travaux lourds entraînent des perturbations et des allongements de parcours qui vont durer encore plusieurs mois voire années. Les aménagements liés à la ligne Eole (qui prolonge le RER E jusqu’à Mantes la-Jolie) sont particulièrement impactants mais ils sont indispensables pour préparer l’avenir, notamment pour réduire le bouchon du Mantois (causé par la confrontation entre les trains normands et les trains de banlieue).

Un partenariat plus large entre la SNCF et la Région

Déterminés à assurer ensemble le développement de l’attractivité touristique et économique du territoire normand, la Région Normandie et SNCF sont engagées dans des projets innovants. Ci-dessous quelques exemples concrets de réalisations normandes :

Travaux d’infrastructure pour développer le fret ferroviaire

Le fret ferroviaire a toute sa place et bénéficie d’engagements forts pour accroître sa compétitivité avec notamment un appui de la Région aux entreprises qui souhaitent un raccordement au réseau ferroviaire. 

Par ailleurs des travaux d’adaptation de l’infrastructure vont être réalisés entre Argentan et Alençon pour développer le ferroutage (transport de camions par train) entre Cherbourg et le Pays Basque. Ces travaux supposent la modification et/ou la suppression de certains ouvrages d’art afin de permettre le passage des trains de fret.

Enfin, la mise en service de la ligne Serqueux-Gisors est prévue le 12 mars 2021. Elle permettra le développement du ferroviaire sur l’axe-Seine.

 

Le « Programme 1001 gares » : un second souffle pour les espaces vacants dans les gares normandes 

SNCF et la Région Normandie souhaitent privilégier les initiatives propres à développer l’économie locale. Le programme « 1001 gares », mis en œuvre en Normandie, propose des surfaces vacantes en gare à des acteurs territoriaux ayant des projets. 
À date, 28 gares normandes et 3000 m2 d’espace disponible sont proposés sur le site internet : https://www.1001gares.fr/manche-nord/
À titre d’exemple, quelques projets normands en cours de réalisation :

  • « Les Rayons de la Baie » en gare de Pontorson Mont St-Michel propose une offre de location de vélos pour des balades au cœur de la Baie du Mont-Saint-Michel, dans un cadre d’exception, naturel et sauvage,
  • Association Familles Rurales pour des activités culturelles et sportives en gare de Briouze,
  • « Les P’tits Bouts en Train », maison d’assistantes maternelles à Serqueux,
  • Une boutique Mobilité en gare de Saint-Lô.

 

Coopération avec les écoles et centres de recherche normands 

SNCF et la Région Normandie poursuivent leur coopération avec les écoles et centres de recherche normands en ligne avec le contrat stratégique de la filière ferroviaire autour des thèmes suivants :

  • Le train propre et décarboné,
  • L’automatisation des trains et trains autonomes,
  • La fiabilité du réseau et du matériel roulant.

Par ailleurs, SNCF et la Région Normandie apportent un appui auprès du Campus sur les Métiers et les Qualifications et étudient l’opportunité d’une participation de SNCF au DataLab Normandie.

Expérimentation nationale biocarburant B100 sur la ligne Paris-Granville dès avril 2021

Afin de répondre aux enjeux de l’urgence climatique et d’accompagner les Régions dans la transition énergétique, SNCF a initié plusieurs projets d’innovation avec pour ambition de sortir du gazole à l’horizon 2035. La Région Normandie et SNCF vont réaliser une expérimentation inédite en Normandie à partir du mois d’avril.

Le recours au biocarburant B100, issu à 100% de la filière colza, pourrait être un moyen rapide et sans modification importante du matériel Régiolis pour sortir des énergies fossiles à court terme et réduire les émissions de gaz à effet de serre (-60%). Après un test prometteur réalisé en 2019 à l’IFPEN (Institut Français du Pétrole et des Énergies Nouvelles), une expérimentation en service commercial doit être conduite pour confirmer la pertinence du B100 « du champ au rails ». L’expérimentation en condition réelle sera réalisée d’avril à juin 2021 sur la ligne Paris -Granville et portera sur 15 rames REGIOLIS.

Ligne nouvelle Paris Normandie

Depuis 2009, la Région et l’ensemble des collectivités normandes se mobilisent pour un vaste projet de modernisation du transport ferroviaire entre Normandie et région parisienne. Le Conseil d’Orientation des Infrastructures a retenu la création d’une ligne nouvelle entre Paris et Mantes dans les 9 projets prioritaires à réaliser à l’horizon 2030 au niveau national.

Cette nouvelle ligne, en attente de décision ministérielle, permettra, si cela est acté, de réduire, à l’horizon 2030, les temps de trajet entre Paris et Rouen à 1h, entre Paris et le Havre à 1h45 et entre Paris et Caen à 1h35.  Elle permettra également de libérer des capacités pour le fret ferroviaire des ports de Rouen et du Havre, en complément de la modernisation du tronçon Serqueux-Gisors.

La Région va par ailleurs financer les études d’aménagement des tronçons Rouen-Evreux et Rouen-Bernay, réalisations essentielles pour relier Rouen et Caen en moins d’une heure et améliorer encore les temps de parcours entre la capitale et la Normandie : 50’ entre Rouen et Paris, 1h30 entre Paris et le Havre, 1h20 entre Paris et Caen et 2h20 pour Cherbourg.

Évaluer cette page :

L’avis des internautes :

logo