Matériel, gares et infrastructures - La Région Normandie
Transports

Matériel, gares et infrastructures

La Normandie ne manque pas d’ambition pour développer le ferroviaire et mettre en œuvre une alternative sérieuse au tout-voiture, en rendant le train plus accessible et pratique.
Transports
Matériel roulant
0

Trains normands 2020

Première région à avoir revendiqué (et obtenu !) le transfert de l’Etat des lignes Intercités, la Normandie met tout en oeuvre pour que la situation ferroviaire s’améliore au plus vite. C’est l’objectif du plan "Trains normands 2020" qui s'appuie sur 4 piliers : 

  • la livraison de 40 nouveaux trains offrant un confort digne des TGV (y compris le wifi) pour les lignes Paris-Caen- Cherbourg et Paris-Rouen-Le Havre, qui viendront remplacer à partir de 2020 les anciens matériels à bout de souffle dont les dysfonctionnements empoisonnent la vie des voyageurs
  • la réalisation de 500 millions d’€ de travaux pour rénover les portions de voies les plus vétustes
  • la construction d’un nouveau site de maintenance à Sotteville-lès-Rouen et le réaménagement de ceux de Caen, Le Havre et Cherbourg afin que les trains soient entretenus et préparés en Normandie
  • la normandisation de la gare Saint- Lazare qui a déjà débuté avec l’installation de portillons de contrôle sur les quais de trains desservant notre Région.

Matériel roulant

La Région, en concertation avec SNCF, agit en achetant du matériel neuf et en procédant à la modernisation des trains les plus anciens.

Le Régiolis fait partie de la nouvelle génération de rames ferroviaires automotrices construites par Alstom et à l’architecture proche de celle des trains à grande vitesse. Il concilie des performances techniques et économiques, est respectueux de l’environnement et est moins polluant qu’un train classique. De plus, il offre à la fois le confort, la sécurité, la rapidité et dispose d’un plancher bas indispensable à l’accessibilité de tous.

En investissant 235 millions d’euros dans l’achat de ce nouveau matériel hybride, la Région entend apporter une qualité de service optimale. Ainsi, elle achète 25 Régiolis destinés à remplacer le matériel vieillissant et à circuler sur les axes Rouen/Dieppe et Paris/Granville.

La Région a financé à hauteur d’environ 22 M€ deux ateliers destinés à la maintenance de ce nouveau matériel : les Technicentres de Sotteville-lès-rouen et de Granville.

La collectivité normande rénove également le matériel plus ancien. Ainsi, pratiquement 100 % du matériel roulant est neuf ou modernisé.

Pour améliorer la situation des voyageurs sur l’axe Rouen/Paris, elle a notamment fait un effort particulier en investissant, hors compétence, dans l’achat de 16 rames TER à 2 niveaux de nouvelle génération pour plus de places et de confort.

Elle est intervenue dans la modernisation de 40 voitures Corail (trains ne relevant pas de sa responsabilité).

Ainsi, sur le réseau normand circulent différents matériels : des Régiolis de 328 places, des Autorails de Grande Capacité (AGC) bimode-bicourant » de 240 places, des autorails 73 500 de 80 places, des TER à 2 niveaux de nouvelle génération, des voitures Corail…

Gares

Afin d’inciter davantage de Normands à laisser leur voiture au garage, la Région veut faire des gares de véritables lieux de vie et de travail, plus agréables, mieux intégrées dans l’environnement, mieux connectées aux autres modes de transport et accessibles aux personnes à mobilité réduite. Pour ce faire, elle impulse et cofinance avec ses partenaires (SNCF Réseaux, SNCF Gares & Connexions, communes et intercommunalités) des travaux de modernisation.

La Normandie compte 116 gares et haltes sur son territoire. La Région impulse, coordonne et cofinance les actions de modernisation qui coexistent avec les maîtres d’ouvrage suivants (Plan Gares 2012/2015, Rail 2020) :

  • SNCF réseaux pour les quais et traversées de voies et souterrains,
  • SNCF/Gares & Connexions pour les bâtiments voyageurs et les équipements sur les quais,
  • Les collectivités locales pour les abords des gares (parking, pôles d’échange).

La Région Normandie finance les travaux de tout type de gares régionales (Yvetot, Dieppe, Argentan, Saint Lô…) ou locales (la halte éco-durable de Clères, Audrieu …) mais aussi nationales*. 

* les gares sont dites nationales lorsqu’elles accueillent plus d’1 million de voyageurs comme par exemple Rouen, Le Havre et Caen.

Infrastructure

La Région Normandie investit pour l’aménagement, le développement et la mise en valeur de l’infrastructure du réseau ferré sur le territoire normand.

Le soutien au développement des infrastructures répond à la nécessité de doter la Normandie d’outils au service de l’économie mais aussi de privilégier les logiques de continuité d’itinéraires et de suppression des nœuds de congestion. Elle contribue aussi à réduire les émissions polluantes et à limiter la dépense énergétique.

La Région est tout particulièrement attentive au maintien, par l’Etat, de ses engagements en matière de modernisation des infrastructures ferroviaires, indispensable au regard de l’inadaptation et de la vétusté sur certains axes.

La Normandie participe ainsi à la modernisation de l’infrastructure (terminus, renouvellement de la voie et du ballast, reprise de plateforme, remise en état des ouvrages hydraulique et ouvrage en terre,…).

    Ligne nouvelle Paris Normandie

    Depuis 2009, la Région et l’ensemble des collectivités normandes se mobilisent pour un vaste projet de modernisation du transport ferroviaire entre Normandie et région parisienne. Le Conseil d’Orientation des Infrastructures a retenu la création d’une ligne nouvelle entre Paris et Mantes dans les 9 projets prioritaires à réaliser à l’horizon 2030 au niveau national.

    Cette nouvelle ligne, en attente de décision ministérielle, permettra, si cela est acté, de réduire, à l’horizon 2030, les temps de trajet entre Paris et Rouen à 1h, entre Paris et le Havre à 1h45 et entre Paris et Caen à 1h35.  Elle permettra également de libérer des capacités pour le fret ferroviaire des ports de Rouen et du Havre, en complément de la modernisation du tronçon Serqueux-Gisors.

    La Région va par ailleurs financer les études d’aménagement des tronçons Rouen-Evreux et Rouen-Bernay, réalisations essentielles pour relier Rouen et Caen en moins d’une heure et améliorer encore les temps de parcours entre la capitale et la Normandie : 50’ entre Rouen et Paris, 1h30 entre Paris et le Havre, 1h20 entre Paris et Caen et 2h20 pour Cherbourg.

    Les voyageurs de la ligne Rouen – Caen bénéficient d’ores et déjà d’une offre de transports renforcée mieux adaptée aux besoins : 11 trajets / jour soit 2 trajets supplémentaires, dont 2 trains directs en 1h24.