Les parlers normands - La Région Normandie
La Normandie

Les parlers normands

En France, jusqu'au début du 19e siècle, l'immense majorité de la population parlait, non le français, mais des langues régionales : les langues d'oïl dans la moitié nord (d’origine romane, comme le normand), les langues d'oc dans la moitié sud. L'originalité du normand vient de l'influence des envahisseurs germains (4e et 5e siècles). Les scandinaves apporteront essentiellement le vocabulaire de la mer. 
Culture et Patrimoine
Parlons normand
0

Certains mots anglais viennent du normand !

Le normand a été la langue officielle de la cour d'Angleterre jusqu'au milieu du 14e siècle et a donné à la langue anglaise une bonne partie de son vocabulaire (cat, chair, candel, garden, can, fork...) ! Il est également à l’origine de la langue jersiaise, dialecte utilisé encore aujourd’hui sur l’ile anglo-normande de Jersey.

Parlers normands

On parle plutôt de "parlers normands" que de "langue normande" car il n’y a pas vraiment de langue uniforme dans toute la Normandie. 
La ligne Joret, établie en 1883 par le linguiste Charles Joret, a coupé la Normandie en 2 territoires sur lesquels les parlers n’ont pas subi la même influence : picard au nord, gallo et angevin au sud.

Ainsi, si le cauchois central est assez proche de ce que l'on peut entendre dans le Val de Saire, le cauchois au nord-est de la Seine-Maritime présente des traits nettement picards. De même le dialecte de l'Avranchin est très proche du gallo parlé en Haute-Bretagne. La partie sud de l'Orne présente des traits très proches des parlers de la Mayenne et de la Sarthe... 

La richesse du normand s’illustre notamment à travers le vocabulaire lié à la pluie…

"Eune puchie" se situe entre la simple pluie et l'averse.
"Eune ondaée", de même qu' "eune tapaée", c'est une averse passagère. Elle devient "eune harée" si elle se fait plus dense, ou "eune pichée", ou "eune dégelée".
"Eune grêlaée", c'est une averse de grêle.
La pluie peut être la bienvenue quand elle survient après une période de sécheresse : "I tumbe des pyiches dé chent sous"(il tombe des pièces de cent sous).
"Eune chilaée", c'est une sacrée averse ! Mais il y a plus fort : la "lâchie", quand le vent s'en mêle, et surtout "l'afllas d'iâo" ou "l'achanaée", le summum !
S'il pleut abondamment, on dit qu'il "verse", ou qu'il "vase", ou que "cha tumbe à crase", ou encore que "cha décllaque" (Denys Corbet, Guernesey), que "cha délache" ou que "cha déquerque" (Val de saire).
"Acrasaer de plleure", c'est pleuvoir à verse (Maurice Fichet).
"Versaer coume la mé", quand il pleut à verse.

Plus de 3 550 mots normands à découvrir

Quelques règles de prononciation

Devant un é ou un i, qu se prononce tch (qui se lit tchi) : eun quoeu se dit un tcheu.
Qu peut aussi se prononcer que (quétoun se lit quéton)
Gu  se prononce gue : guette (regarde) se dit djette.
Ll se prononce y (bllé se dit byé)
H est très guttural (héreng se lit rhéran), à l'instar du j espagnol ou du ch allemand
Le h peut aussi ne pas se prononcer (hivé se lit ivé)
Yin se prononce yi ou i. Quyin se lit tchyi ou tchi.
Men se prononce man devant une consonne ou un h aspiré ; m’n devant une voyelle ou un h muet (de même pour ten, sen).
Les se prononce lé devant une consonne ou un h aspiré ; l’z devant une voyelle ou un h muet (on écrit les éfaunts , on dit l’z éfaunts).
Le e sans accent se ne prononçant pas, belin se dit blin. Toutefois, quand on veut prononcer le e, on le signale par un accent (lé quemin, se lit le qu’min, le quémin se lit l’quemin).
Le é accentué se prononce é (rébelot se dit réblo).
La graphie aun se lit an.
La graphie oun se lit on. 

La sauvegarde du parler normand

Selon l'Unesco, le normand est une langue « sérieusement en danger ». La Région a décidé de mettre en place une stratégie pour la sauvegarde et la valorisation du « Parler normand ». Retrouvez toutes les actions de cette stratégie de sauvegarde.