Aller au contenu principal
logo

Energies renouvelables

  • clock

Les énergies renouvelables sont directement issues de flux énergétiques naturels dont le renouvellement est assez rapide pour qu'elles puissent être considérées comme inépuisables à l'échelle de temps humaine. Elles émettent beaucoup moins de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques que les énergies fossiles et contribuent de fait à lutter contre les changements climatiques et à améliorer la qualité de l’air.

Bois-énergie

La Normandie s’affirme comme une région pilote pour le développement de la filière Bois-Energie. Le bois est un combustible local, renouvelable dont les émissions de gaz carbonique issues de sa combustion sont consommées par les arbres. La Région soutient ainsi collectivités, industries, artisans et agriculteurs dans leur démarche d’investissement en chaufferies et chaudières bois avec le souci d’installer des équipements dotés de systèmes de filtres, dernière génération, très performants, afin de maîtriser les émissions de polluants atmosphériques, en particulier de particules fines. 

Solaire thermique

La Normandie bénéficie d'un bon ensoleillement, jusqu'à 1 700 heures de soleil par an, en moyenne. C’est suffisant pour dégager une rentabilité économique acceptable ! L’énergie solaire peut ainsi permettre de répondre partiellement aux besoins en chauffage et eau chaude sanitaire. La Région soutient les entreprises et agriculteurs pour l'acquisition de chauffe-eau solaires et d’unité de séchage solaire de foin.

Biométhane

Le biométhane, qui est identique par sa composition chimique au méthane d’origine fossile, est issu de la fermentation des déchets organiques, dans certaines conditions de température. Il s'agit notamment d'effluents d'élevage, d'ordures ménagères, de déchets de l'industrie agro-alimentaire, de déchets verts, de CIVE, etc.). Des aides, via le fonds européen FEDER et le dispositif
régional I.D.E.E ACTION, ont été mises en place pour accompagner un développement raisonnable de la méthanisation via l’injection biométhane dans les réseaux de gaz. D’autres technologies comme la cogénération et la combustion directe sont aussi subventionnées.

Le plan Métha’Normandie 2021-2023

Dans la continuité des actions engagées, qui ont notamment permis de voir doubler le nombre d’unités de méthanisation en Normandie, ce plan poursuit deux principaux objectifs : 

  • Favoriser l’acceptation sociale des projets

Comme partout en France, les projets de création en Normandie d’unités de méthanisation se heurtent parfois à problèmes d’acceptabilité sociale et font l’objet de contestations, voire de recours administratifs, pouvant engendrer d’importantes difficultés dans leur développement. L’enjeu est donc désormais de continuer à favoriser l’émergence de projets vertueux tout en tenant compte des contraintes d’acceptabilité sociale.

  • Assurer un développement territorial cohérent des unités de méthanisation 

La priorité est donnée à la sécurisation des projets via un accompagnement adapté des territoires et des porteurs en amont des investissements, c’est-à-dire dès l’étude de faisabilité jusqu’à la mise en exploitation des unités de production, afin de prendre en compte l’intégralité du projet dans son environnement.

Ce plan, impulsé et financé par la Région Normandie et l’ADEME, est mis en œuvre par l’Association Régionale Biomasse Normandie et la Chambre Régionale d’Agriculture de Normandie.

La méthanisation en Normandie 

Le nombre d’unités de méthanisation en service (hors centre d’enfouissement) a doublé sur la période 2018-2020 et est de 116 dont 14 unités en injection biométhane. Une très forte dynamique est, par ailleurs, constatée avec plusieurs dizaines de projets en cours de développement. Ce développement permet d’atteindre plus de 20 % de l’objectif 2030 quant à la part du gaz renouvelable dans la consommation de gaz et 35 % de l’objectif 2030 pour l’électricité renouvelable issu du biogaz (hors centre d’enfouissement). 

La Manche, le Calvados et l’Orne concentrent la majorité des unités qui sont plutôt de type agricole valorisant principalement des effluents d’élevage, alors que l’Eure et la Seine Maritime se caractérisent par des installations agro-industrielles faisant appel à des intrants d’origines plus variées incluant des industries agro-alimentaires et de papeterie, avec des tonnages souvent plus élevés.

La géothermie

Avec le renfort de pompes à chaleur, il est possible d’exploiter la chaleur du sous-sol normand. Même si, dans ce domaine, les ressources de la Normandie sont limitées, elles autorisent une utilisation collective très localisée, à proximité du forage. La Région participe au financement d'installations géothermales de collectivités.

Des transports moins polluants

En développant les transports « doux » et la mobilité électrique, la Région met en œuvre une ambitieuse politique de développement durable qui contribue à la transition énergétique et à la lutte contre la pollution de l’air. 

Contact

Service Transition énergétique

thierry.berthaux@normandie.fr

Évaluer cette page :

L’avis des internautes :

logo