Etudes dans l'Eure

Val de Reuil

Culture et Patrimoine
Val de Reuil, bibliothèque. (c)Denis Couchaux

body

Val de Reuil

La décision de construire en Normandie, et plus particulièrement en Basse-Seine, une ville nouvelle a été prise en 1967 par l’Etat. Répondant à des impératifs économiques, démographiques et déjà environnementaux, le programme était de réaliser « une opération pilote d’urbanisation intégrée à l’environnement rural », c’est-à-dire une ville à la campagne.

Le Vaudreuil-Ville-Nouvelle

Rompant avec l’urbanisme fonctionnaliste des grands ensembles, les concepteurs du « Vaudreuil-Ville-Nouvelle » imaginent et réalisent à partir de 1975 un « germe de ville », en prévoyant son adaptation et son évolution en termes d’espaces et de temps. Par vagues de réhabilitations successives, l’aménagement urbain s’est donc ajusté à l’évolution constante de ses paramètres fondateurs. Notamment, le parti pris d’une végétalisation dense et diversifiée remplit toujours sa fonction de trait d’union naturel avec la proche campagne.

L’inventaire et le patrimoine contemporain

L’inventaire ne se préoccupe pas uniquement du passé lointain. En 1999, le lancement de l’étude du patrimoine du XXe siècle a fait rentrer la ville nouvelle du Val-de-Reuil dans son cercle d’action. Plus qu’une opération d’enquête sur l’urbanisme et l’architecture, l’étude de Val-de-Reuil pose la question : « qu’est-ce que le patrimoine ? ».

En 1975, lorsque les premiers modules de la Ville Nouvelle surgirent de terre, le service de l’Inventaire réalisait l’étude du patrimoine de la commune voisine du Vaudreuil. A cette époque, personne n’avait anticipé l’intérêt porté plus tard sur ce projet hors-du-commun. Entretemps, le champ du patrimoine s’est considérablement élargi, il a étendu ses prérogatives sur le patrimoine contemporain et oblige sans cesse à pousser notre curiosité vers de nouveaux territoires.

Slideshow

1