Une politique régionale en faveur de la formation professionnelle des personnes sous-main de justice

Le 20 Septembre 2018
En 2018, la Région mobilise plus de 1,38 million d’euros pour la formation professionnelle des personnes sous-main de justice détenues dans les établissements pénitentiaires normands.
Une politique régionale en faveur de la formation professionnelle des personnes sous-main de justice

Texte personnalisé

Plus de 260 000 euros pour financer la formation des détenus du centre de détention d’Argentan

La formation des cinq stagiaires du centre de détention d’Argentan, d’une durée de 510 heures, s’est déroulée du 26 février 2018 au 10 août dernier. Elle a été mise en œuvre par GESPA Institut, un organisme de formation intervenant en milieu pénitentiaire, et  financée par la Région Normandie pour un montant de 18 933 euros. Sur les cinq diplômés, deux stagiaires ont des perspectives d’emploi en détention : le premier à l’atelier, le second au service de la cantine.

Au total, au centre de détention d’Argentan, la Région finance pour un montant global de plus de 260 000 euros (correspondant aux coûts pédagogiques auxquels s’ajoute la rémunération versée aux stagiaires pendant leur formation), 64 parcours de formation de 4 types, mis en œuvre par l’organisme de formation GEPSA Institue :

  • découverte des métiers du bâtiment, 
  • titre professionnel agent magasinier,
  • découverte des métiers de l’aménagement paysager
  • titre professionnel ouvrier du paysage.

Une politique régionale en faveur de la formation professionnelle des personnes sous-main de justice

Compte tenu du contexte très spécifique, la Région Normandie a souhaité mettre en place un programme de formations qualifiantes répondant à la diversité des établissements normands, aux caractéristiques de la population carcérale, aux projets professionnels des personnes détenues et aux besoins du marché du travail. Elle met en œuvre ces actions de formation en étroit partenariat avec l’administration pénitentiaire.

Le programme de formation mis en place par la Région doit ainsi permettre aux personnes détenues qui le souhaitent d’accéder à des formations de découverte d’un secteur d’activité, des formations pré-qualifiantes ou des formations qualifiantes.

Les temps de détention étant très variables, les stagiaires peuvent ainsi soit débuter un parcours de formation qui se poursuivra dans le cadre d’une formation de droit commun dispensé par un organisme de formation en dehors de la détention ; soit suivre un parcours complet de formation menant à une certification ou un diplôme pendant la détention.

Pour mémoire, la loi du 5 mars 2014 a décentralisé la compétence formation professionnelle des personnes sous-main de justice en détention aux Régions à partir du 1er janvier 2015. La prise de compétence s’est faite progressivement. En effet, pour les établissements en gestion déléguée, la prise de compétence ne s’est faite qu’à la date de fin de la convention de délégation de gestion. C’est notamment le cas pour le centre de détention d’Argentan dont la Région Normandie a la compétence depuis le 1er janvier 2018.

La Normandie compte 10 établissements pénitentiaires, répartis sur les 5 départements, qui accueillent 3793 personnes détenues. 

Parmi ces établissements :

  • 5 maisons d’arrêt (Caen, Cherbourg, Coutances, Evreux et Rouen),
  • 3 centres pénitentiaires : Le Havre et Caen (avec un quartier maison d’arrêt et un quartier centre de détention), et Alençon-Condé sur Sarthe (quartier maison centrale et quartier peine aménagée)
  • 2 centres de détention (Argentan et Val-de-Reuil)
1