Sauvegarde du Parler normand - La Région Normandie
Les grands projets

Sauvegarde du Parler normand

Selon l'Unesco, le normand est une langue « sérieusement en danger ». La Région a décidé de mettre en place une stratégie pour la sauvegarde et la valorisation du « Parler normand ».
Culture et Patrimoine
Parlons normand

Texte personnalisé

Le Normand, une langue "sérieusement en danger" selon l'UNESCO

Selon la Délégation générale à la langue française et aux langues de France rattachée au Ministère de la Culture, la pluralité linguistique historique de notre territoire présente une richesse et réel potentiel, encore méconnu et peu exploité, tant au niveau culturel qu'au niveau éducatif, social et économique. Le caractère patrimonial des langues régionales est inscrit dans la Constitution depuis 2008 et le normand fait partie de la liste des Langues de France, qui regroupe toutes les langues envers lesquelles l'Etat se reconnaît une responsabilité.

Le normand est une langue romane, à 80 % issue du latin. Elle s’est mâtinée de quelques termes saxons, vikings au gré des apports de l’histoire. Elle a embarqué avec les Normands partis découvrir le continent américain et se retrouve encore aujourd’hui jusqu’au Québec et dans le parler créole réunionnais.

L’histoire retiendra que le Duc de Normandie, devenu Guillaume le Conquérant lorsqu’il fut couronné roi d’Angleterre le 25 décembre 1066 dans la cathédrale de Westminster, fit du normand la langue du pouvoir et qu’elle devint la plus utilisée dans la littérature anglaise aux XIe et XIIe siècles.

Le normand est parlé aujourd’hui par 30 000 personnes du Pays de Caux aux îles anglo-normandes. C’est une des principales langues d’oïl, classée parmi les langues « sérieusement en danger » par l’UNESCO.

La langue normande se scinde entre différents parlers. Des variations lexicales peuvent apparaitre à très peu de kilomètres de distance. On peut au moins distinguer le cotentinais (Cotentin), le brayon (pays de Bray : Seine Maritime et Oise), le cauchois (pays de Caux), le nord-cauchois, le Roumois et l’augeron (dans le pays d’Auge), aujourd’hui quasiment disparu.

Bloc encadré

Certains mots anglais viennent du normand

Le normand a été la langue officielle de la cour d'Angleterre jusqu'au milieu du 14e siècle et a donné à la langue anglaise une bonne partie de son vocabulaire (cat, chair, candel, garden, can, fork...) ! Il est également à l’origine de la langue jersiaise, dialecte utilisé encore aujourd’hui sur l’ile anglo-normande de Jersey.

Texte personnalisé

Une nouvelle stratégie régionale en faveur du "Parler normand"

Pour la première fois en Normandie, la Région a décidé de mettre en place une stratégie pour la sauvegarde et la valorisation du « Parler normand ». Ce nouveau plan d’actions  se déclinera autour de 3 principaux axes :

1. Sauvegarder la langue normande

Plusieurs actions seront mises en place en partenariat avec La Fabrique de Patrimoines parmi lesquelles :

Un travail de référencement autour de :

  • La réalisation d’une enquête sociolinguistique sur la pratique du normand
  • Un recensement de tous les ouvrages sur le "Parler normand"
  • La création d’un atlas linguistique sonore
  • Le financement d’un programme de recherche autour de ces questions
  • La création d’une académie de la langue normande comme autorité morale qui permettra de décliner les politiques et axes de préservation sur ce sujet

2. Valoriser et développer le "Parler normand"

En lien avec le Rectorat et les collectivités locales, la Région va étudier l’opportunité de proposer des cours d’option aux jeunes.

La Région encouragera le développement en lien avec les associations, des cafés normands, temps de rencontres sur les territoires

3. Communiquer auprès du grand public

Des stands gratuits sont mis à disposition des structures normandes ayant une activité dans le domaine du patrimoine immatériel durant le Festival de l’excellence Normande, "La Normandie Phénoménale".

La Région se propose d’accompagner l’installation de panneaux signalétiques en normand à l’entrée et à la sortie des communes et organisera deux fois par an des temps d’échanges sur la langue normande.

1