Trame verte et bleue - La Région Normandie
Préserver et restaurer la biodiversité et le patrimoine naturel

Trame verte et bleue

Pour préserver la biodiversité, il faut réduire la fragmentation des milieux et préserver les continuités écologiques (réservoirs de biodiversité et corridors qui les relient). L’ensemble constitue la trame verte et bleue.
Environnement et développement durable

body

Continuités écologiques

Tout au long de leur vie, les animaux ont besoin de se déplacer pour se nourrir, se reproduire ou conquérir de nouveaux territoires. Les plantes aussi se propagent par leur pollen ou leurs graines. La conservation de la biodiversité s’oriente de plus en plus vers une approche globale, intégrant ces déplacements d’un milieu à un autre : c’est le concept de « continuités écologiques ».
L’homme développe ses activités et aménage le territoire (infrastructures de transport, urbanisation, agriculture intensive…). Ces aménagements ou activités peuvent devenir des obstacles à la circulation des espèces et entraîner un isolement des populations qui petit à petit provoque une diminution de la biodiversité. Pour enrayer ce déclin, il faut préserver, restaurer ou créer des continuités écologiques, trame « verte » pour les espaces naturels terrestres et « bleue » pour les milieux aquatiques et humides.

Schéma Régional de Cohérence Écologique

Le Grenelle de l’environnement a prévu la constitution d’une trame verte et bleue, déclinée dans chaque région française sous la forme d’un Schéma Régional de Cohérence Écologique (SRCE), co-élaboré par l’Etat et la Région, en partenariat avec de nombreux acteurs du territoire. Ce schéma contient :

  • la définition et la hiérarchisation des enjeux régionaux de continuités écologiques,
  • une cartographie de la trame verte et bleue au 1/100 000ème,
  • des propositions pour la mise en œuvre au niveau local.

Des SRCE ont été élaborés, à partir de 2011, à la fois en Basse et en Haute-Normandie et ils ont été approuvés en 2014.
Ils seront intégrés dans le Schéma régional d’aménagement et de développement durable et d’égalité des territoires (SRADDET) de la Normandie, en cours d’élaboration, afin que les enjeux de continuité écologique soient prise en compte dans l’avenir du développement de notre territoire.
Il appartient à tous de décliner la Trame Verte et Bleue à l’échelle de son territoire en protégeant et restaurant les réservoirs de biodiversité et les corridors, en réduisant la fragmentation et la consommation de l’espace, notamment à vocation urbaine dans les zones rurales, en tenant compte des continuités écologiques dans les aménagements... Pour cela, des guides pratiques ont été spécialement écrits à l’attention des élus et techniciens des collectivités, des maîtres d’ouvrage. 

L'exemple de la Grande Noë 

Le site de la Grande Noë est un espace naturel d’une trentaine d’hectares composés de boisements de feuillus, de pierriers et de landes sèches. Un escarpement d’une hauteur de 40 mètres coiffé de lande et de fourré d’ajonc d’Europe structure cet ensemble, qui comprend également en contrebas une ancienne carrière recolonisée par la lande et qui abrite, entre autres, une espère rare, l’Hélianthème à gouttes.

Les landes sèches constituent une composante du paysage patrimoniale et identitaire du Mortainais que la collectivité ambitionne de préserver et restaurer. Ce site de la Grande Noé est identifié dans la Stratégie Trame verte et bleue déclinée sur le territoire comme lande d’intérêt majeur dans le réseau de réservoirs de biodiversité du Mortainais. Très répandues initialement, les landes ont fortement régressées au cours du siècle dernier (une diminution de 60% de leur surface à mettre en lien avec l’abandon de pratiques extensives : pâturage, fauche, cultures temporaires…). Ces milieux sont aujourd’hui réduit à de petites surfaces et très localisées, ce qui en fait des milieux à préserver, identifiés dans le cadre du Schéma régional de cohérence écologique.

Le projet inauguré le lundi 1er juillet 2019 correspond à la protection grâce à l’acquisition du site par le Conservatoire d’espaces naturels Normandie Ouest qui permettra ensuite sa gestion écologique. Cette acquisition foncière a été rendue possible grâce au soutien de la Région Normandie (financement à plus de 70% dans le cadre des appels à projets « Patrimoine naturel ») et par l’Agence de l’eau Seine Normandie.

Il conviendra désormais pour le Conservatoire d’espaces naturels Normandie Ouest de veiller à la réouverture des landes sèches et au maintien des différentes composantes naturelles et géologiques de ce site. Une réflexion sur la sensibilisation du public sera conduite pour les informer voire même les associer aux actions de préservation de ce patrimoine naturel.

1