Première nationale : la Région prend la gouvernance des trains Intercités

Le 27 Avril 2016
Read time: 2 mins
Hervé Morin et Manuel Valls

body

Lundi 25 avril au Mont-Saint-Michel, Hervé Morin, président de la Région Normandie, a signé avec le Premier ministre Manuel Valls, une convention de transfert à la Région Normandie de 5 lignes dites « trains d’équilibre du territoire » (TET) : Paris-Caen-Cherbourg/Trouville-Deauville, Paris-Rouen-Le Havre, Paris-Granville, Paris-Evreux-Serquigny et Caen-Le Mans-Tours. Cette première nationale entre l’État et une Région sur les TET s’accompagne d’un engagement de l’État à investir 720 millions d’€ pour renouveler, d’ici 2019 ou au plus tard 2020, les trains roulant sur 2 de ces lignes : Paris-Caen-Cherbourg / Trouville-Deauville et Paris-Rouen-Le Havre. Une fois les premières rames livrées et les lignes modernisées, la Région deviendra, comme elle l’est déjà sur les TER, responsable des lignes normandes TET (Intercités), c’est-à-dire qu’elle définira l’offre de services en matière d’horaires, de gestion du matériel, de tarification, de billettique… « La Normandie fait œuvre de pionnière en devenant la première Région française à assumer une compétence particulièrement lourde et complexe, souligne Hervé Morin. J'ai considéré que nous devions faire preuve d'audace et d’innovation pour ne pas atteindre le point de non retour, synonyme de fermeture définitive des lignes Intercités de Normandie. Je remercie le Premier ministre, en mon nom et en celui de Jean-Baptiste Gastinne, vice-président de la Région chargé des transports, d’avoir enfin entendu les Normands. »

Lire le communiqué

1