Oeuvres d'art issues du 1% artistique dans les lycées

En 2011, le 1 % artistique fêtait ses 60 ans. A cette occasion, l’Inventaire du Patrimoine culturel de Basse-Normandie a entrepris en partenariat avec La Fabrique de patrimoines en Normandie, le recensement et l’étude des œuvres issues de cette procédure dans les lycées publics des trois départements.

L’ « Obligation de décoration des constructions publiques » ou « 1 % artistique »

Promulguée en 1951, l’ « Obligation de décoration des constructions publiques » a pour but de soutenir la création artistique et d’offrir au plus grand nombre un contact direct avec des œuvres d’art contemporaines, en dehors des institutions spécialisées.

La procédure impose ainsi de réserver lors de la construction, l’extension ou la restructuration de certains bâtiments publics, 1 % du coût total des travaux pour la commande ou l’acquisition d'une ou plusieurs œuvres d'art contemporaines spécialement conçues par des artistes vivants.

Inventorier un corpus d’œuvres diversifié

En Basse-Normandie, un inventaire in situ a permis l’identification d’un corpus de près de 110 œuvres. Dominent sculptures, céramiques, mosaïques, revêtements muraux ou de sol, auquel s’ajoutent tapisseries, peintures, éléments d’architecture ou mobilier.

Plus de la moitié des œuvres, signées, témoignent d’une production d’artistes d’envergure tant régionale (Yvonne Guégan, Etienne Rebuffet...) qu’internationale (les Prix de Rome Anna Quinquaud, Alfred Janniot, Louis Leygue ; les sculpteurs d’avant-garde Pierre Székely, Sergio de Camargo…).

Valoriser et conserver un patrimoine particulier

Agrémentant la plupart du temps les espaces les plus fréquentés des établissements, les œuvres du 1 % artistique sont néanmoins peu connues des usagers.

A l’issue de l’étude, chaque œuvre fera l’objet d’une notice descriptive et historique, ainsi que d’une valorisation. Les usagers et le public bas-normand pourront ainsi découvrir ou redécouvrir ces créations témoignant de l’évolution de l’art contemporain depuis les années 1950.

Un diagnostic de l’état des œuvres et de l’environnement dans lequel elles s’inscrivent permettra également d’en assurer l’entretien et la conservation.

Les oeuvres issues du 1 % artistiques dans les lycées en images (Photographies : Anastasia Anne et Manuel de Rugy)

Triangle tridimensionnel, sculpture en tubes carrés d’acier-Inox - Vincent Batbedat (1975) / LEGT Alain – Alençon (Orne).
Sans titre, mosaïque en grès - Michel Deverne (1989) / LP Sauxmarais – Tourlaville (Manche).
Triangle tridimensionnel, sculpture en tubes carrés d’acier-Inox - Vincent Batbedat (1975) / LEGT Alain – Alençon (Orne).
Départ de régates ou Fête de la Mer, mosaïque en pâtes de verre et émaux (détail) – André Hambourg (1976) / LEG André Maurois – Deauville (Calvados).
Sans titre, 8 blocs de granit bleu polis ou creusés à la surface (détail) - Xavier Gonzales (2013) / LP Camille Claudel – Caen La Folie-Couvrechef (Calvados).
Les saisons, tapisserie d'Aubusson (détail) - Marc Saint-Saëns (1969) / Lycée agricole Auguste Loutreuil – Sées (Orne).
Mur Perspextive, 8 panneaux mobiles en perspex - Jean Degottex (1975) / LYP Arcisse de Caumont – Bayeux (Calvados)
Les voiles d'octobre, tapisserie d'Aubusson (détail) - Michel Tourlière (1976) / LYP Robert de Mortain – Mortain (Manche)
La vague et l'oiseau, tapisserie d'Aubusson (détail) - Mario Prassinos (1975) / LEGT Pierre et Marie Curie - Saint-Lô (Manche).
Arbitre et sièges dit L'échiquier, 3 sculptures en iroko (détail) - Nicolas Alquin (c. 1986) / LP Camille Claudel – Caen La Folie-Couvrechef (Calvados).
La Science et l'Esprit, haut-relief en cuivre repoussé et patiné - Alfred Janniot (c. 1968) / LYP Mézen - Alençon (Orne).
L’île flottante, aménagement d’un espace de convivialité (détail) – Matali Crasset (2014) / LYT hôtelier François Rabelais (Calvados).
Modifié le 08/11/2016