L’hadronthérapie en Normandie : Caen innove pour mieux soigner le cancer

Le 17 Mai 2017
L’accélérateur «Proteus One» est prometteur pour le traitement en protonthérapie (une des formes d’hadronthérapie) de cancers particulièrement résistants. Caen est la troisième ville en France à se doter d’un équipement de protonthérapie, après Orsay et Nice. Les traitements débuteront en 2018 et dans les trois ans à venir environ 350 patients pourront être pris en charge chaque année.
L’hadronthérapie en Normandie : Caen innove pour mieux soigner le cancer

Texte personnalisé

Un nouveau centre de recherche et de traitement par hadronthérapie à Caen

Ce nouvel équipement, l’accélérateur « Proteus One » se situe sur le plateau nord de Caen à proximité de hauts-lieux de santé et de recherche, du CHU, du Centre François Baclesse, de la plateforme de recherche Cycéron, de l’accélérateur d’ions lourds GANIL de l’Université de Caen Normandie et de l’ENSICAEN.

Le nouveau bâtiment CYCLHAD accueille le centre de traitement par protonthérapie et dans quelques mois un centre de recherche sur l’hadronthérapie. Les besoins en recherche sur la carbonthérapie et sur la protonthérapie à un stade différent étant très importants dans les domaines de la physique, de la radiobiologie et de la clinique.

Texte personnalisé

 

 

Citation

L’équipement de radiothérapie par protonthérapie « Proteus One » permettra aux patients d’être mieux soignés et d’accéder aux technologies de pointe de lutte contre le cancer avec le centre François Baclesse et CYCLHAD.

Hervé Morin

Texte personnalisé

Le projet Archade

Le nouvel équipement «Proteus One » fait partie du projet ARCHADE, programme de très grande envergure axé sur le traitement du cancer en hadronthérapie à Caen.

La Région s’engage pour la réussite du programme ARCHADE. Elle a déjà apporté sa garantie à hauteur de 50 % des 76 millions d’euros permettant la construction du bâtiment CYCLHAD et l’acquisition du « Proteus One ». Le projet est financé en quasi-totalité par des fonds privés, qui n’abonderaient pas le projet sans le soutien sous forme de garanties bancaires de la Région Normandie.

L’hadronthérapie, nouvelle forme de radiothérapie prometteuse

L’hadronthérapie permet de traiter des cancers actuellement inopérables du fait de leur localisation (proximité d’un organe vital, tête …), chimio et/ou radio-résistants. Elle permet en effet de délivrer une dose d’irradiation efficace à la tumeur, tout en épargnant au mieux les tissus sains du patient. Elle réduit, ainsi, les effets secondaires liés aux irradiations de la tumeur. Elle permet une efficacité biologique accrue. Les résultats sont prometteurs : diminution des rechutes, qualité et espérance de vie accrues. De nouvelles perspectives s’ouvrent ainsi : celles d’étudier d’autres particules, de pouvoir mieux soigner les enfants et de proposer des traitements combinés.

Texte personnalisé

La Région franchit un cap supplémentaire en 2017 et participera, sous forme de garantie, au lancement de Normandy Hadrontherapy, aux côtés d’IBA et SAPHYN et d’autres partenaires pour le développement de cet équipement encore plus innovant pour traiter les patients basé sur : le C400 (phase II du projet ARCHADE). Cet équipement, le C400, qui est l’accélérateur de particules qui alimentera le système de traitement par carbone thérapie, outre de pouvoir délivrer des ions carbone et protons, présente un avantage majeur. De par sa taille, il peut être installé dans des établissements de soins classiques. Phase III du projet, CYCLHAD fera l’acquisition à l’horizon 2022 du système carbone et du cyclotron C400 à des fins de recherche sur l’hadronthérapie avec l’ensemble de la communauté scientifique et médicale. Caen sera alors le seul centre de recherche sur l’hadronthérapie en France.

Citation

La Région soutient la recherche pour inventer les traitements de demain qui amélioreront l’espérance et la qualité de vie des patients.

Hervé Morin

Bloc encadré

Les 3 phases du projet ARCHADE :

> Phase I (2015-2018) : Construction du bâtiment et acquisition du premier équipement de soins (ProteusONE) / CYCLHAD – Coût : 76,5 millions d’euros

> Phase II (2016-2020) : Conception et réalisation de l’accélérateur C400, et plus globalement du système de recherche et de traitement en ions carbone  et plus généralement e, hadrons/ NHa – Coût prévisionnel : 55 millions d’euros

> Phase III (2020) : Acquisition du C400 et des équipements associés et démarrage de l’activité de recherche avec le C400 / CYCLHAD

1