Les grands projets de recherche - La Région Normandie
Recherche

Les grands projets de recherche

L’excellence de la recherche scientifique normande est un facteur de rayonnement, d’attractivité et de développement économique pour le territoire. Dans cette perspective, la Région Normandie a fait le choix de soutenir la recherche par son investissement dans de grands projets.
Enseignement Supérieur, Recherche, Innovation
Les grands projets de recherche
0

La recherche sur les Energies marines renouvelables (EMR)

La recherche sur les EMR est une thématique émergente. Elle donne lieu à des recherches transdisciplinaires, notamment sur les matériaux, l’environnement côtier et marin, la corrosion, la sociologie, le droit, …

Le projet Spiral2

Depuis son installation à Caen en 1975, la Région soutient le GANIL (Grand accélérateur national d’ions lourds). SPIRAL2 (Système de production d'Ions Radioactifs en Ligne de 2ème génération) est un projet d'accélérateur de particules pour des études de physique nucléaire fondamentale et de recherches interdisciplinaires. Bénéficiant des Equipex S3 et DESIR, cette installation produira des faisceaux uniques au monde qui permettront d'explorer les confins de la matière, et confortera la position mondiale du GANIL dans les années à venir.
Les partenaires de ce projet sont : le CEA, le CNRS, la Région, le Conseil Départemental du Calvados, la Ville de Caen, la Communauté d’agglomération Caen la mer.

Le programme ARCHADE

Le programme ARCHADE à Caen est un centre de traitement et de recherche en hadronthérapie. Précise et efficace d’un point de vue biologique, l’hadronthérapie permet de protéger les tissus sains environnant la tumeur. Cette nouvelle technique signe une avancée dans le traitement de certains cancers et engendre des besoins importants de recherche et développement (technologie, radiobiologie, formation et conseil).

La phase 1 est opérationnelle depuis juillet 2018 avec le traitement des patients par protonthérapie. C’est le troisième centre en France de protonthérapie avec Nice et Orsay.

La phase 2 est assurée par Normandy Hadrontherapy qui va construire et installer au centre CYCLHAD sur le plateau nord de Caen d'un accélérateur cyclotron de deuxième génération, unique au monde, le cyclotron « C 400 Ions ». Celui-ci proposera en plus des traitements par faisceau de protons, des traitements par faisceaux d'ions d'hélium et de carbone. Le cyclotron « C 400 Ions » doit être livré à partir de juin 2024. Normandy Hadrontherapy détient la propriété intellectuelle de ce nouveau concept et se chargera de son développement en partenariat avec plusieurs industriels. 

La phase 3 consistera en l’ouverture aux traitements grâce à la technologie du cyclotron « C 400 Ions » et aux activités de recherche sur le site de CYCLHAD à Caen et, parallèlement, par la commercialisation de la nouvelle machine de par le monde et de son développement.

Voir le communiqué de presse concernant la phase 2 du projet 

 

Le projet XL-CHEM 

Lauréat de l’appel à projets « Ecoles Universitaires de Recherche » du Programme Investissements d’Avenir, XL CHEM regroupe des équipes de l’INSA de Rouen, l’Université de Rouen, l’Université de Caen, l’Université du Havre et de l’Ensicaen, pour proposer en Normandie un centre de recherche et de formation Européen majeur pour la chimie moléculaire.

Les objectifs du projet XLCHEM sont de proposer des cursus de niveau Master et Doctorat innovants couplant formation par la recherche d’excellence et une formation spécifique approfondie en entreprenariat et management. XLCHEM va ainsi associer des cours et conférences en chimie et chemobiologie dispensés par des chercheurs de renommée nationale et internationale, à une formation par la recherche approfondie par immersion dans des laboratoires reconnus internationalement, et des cours de management conduisant à une certification complémentaire.

Le projet XLCHEM doit ainsi renforcer la position des équipes de recherche et permettre de donner aux étudiants un profil international de haut niveau, destiné à couvrir tant des besoins en recherche académique que dans l’industrie.