Etudes dans l'Orne

Le patrimoine industriel de l'Orne

Culture et Patrimoine
Etude du patrimoine industriel. Haut fourneau, fonderie à Pontchardon.(c)Pascal Corbierre.

body

Dans l’Orne, les ressources en matières premières, en combustible et en énergie motrice (eau) ont permis le développement d’activités artisanales et industrielles.
La métallurgie, la céramique, le textile, et la transformation agro-alimentaire furent les activités principales du territoire.

Depuis 1982, 319 établissements industriels ont été étudiés par l’Inventaire. Cette recherche a abouti à un programme raisonné de protection et à l’ouverture de chantiers de fouilles archéologiques sur les trois grands sites ornais de production du fer (Aube, Champ-de-la-Pierre, Champsecret).

Slideshow

La forge de Varenne à Champsecret

Créée au milieu du XVIe siècle, puis désaffectée en 1866, elle est aujourd’hui sans doute le témoignage le plus saisissant de ce long passé industriel ornais. Ce site de production sidérurgique "préindustrielle" regroupe un ensemble complet de production : le haut-fourneau, l’affinerie, la fenderie, le magasin à fer, un logement ouvrier, la chapelle des forgerons ainsi que le système hydraulique avec ses bassins de retenue, ses canaux d’amenée et de fuite, ont été classés au titre des Monuments historiques en 1987.

Les photographies de Pascal Corbierre et François Decaëns illustrent l'étude et l'ouvrage de Yannick Lecherbonnier  La forge de Varenne à Champsecret, Orne, Cahiers du temps, 2003.

Slideshow

La saga des briques des Chauffetières au Hôme-Chamondot

La briqueterie des Chauffetières est l’un des derniers vestiges d’une activité pourtant largement répandue en Normandie dans les siècles derniers. Attestée dès 1760 (décrite dans l'Encyclopédie), elle fut reprise par la famille Fontaine en 1890. Aujourd’hui elle produit jusqu’à 3 000 briques par jour, essentiellement destinées aux chantiers de restauration des Monuments historiques.

(Photographies : Pascal Corbierre)

Slideshow

L’entreprise Bohin à Saint-Sulpice-sur-Risle

L’entreprise Bohin située à Saint-Sulpice-sur-Risle est aujourd’hui le dernier site de fabrication d’aiguilles à coudre en Europe. Créée en 1868 par Benjamin Bohin dans une région où cette activité était déjà très répandue, elle a connu un développement rapide et jouit aujourd’hui d’une renommée internationale. Le remarquable état de conservation des bâtiments (qui n’ont pratiquement pas été modifiés depuis la fin du 19e siècle) et des machines (datant pour la plupart de la fin du 19e siècle et du début du 20e siècle) a justifié sa protection au titre des Monuments historiques en 1995.

(Photographies : François Decaëns)

1