La Région expose les jeunes diplômés de l’ESAM Caen/Cherbourg - La Région Normandie

La Région expose les jeunes diplômés de l’ESAM Caen/Cherbourg

02 Février 2016

Du 6 février au 20 mars 2016, la Région ouvre les salles d’exposition de l’Abbaye-aux-Dames à de jeunes artistes récemment diplômés de l’Ecole supérieure d’arts & médias (ESAM) de Caen/Cherbourg. L’exposition « Il y a de la marge ; de l’inactuel », dont le commissariat a été confié à la commissaire d’exposition indépendante Michela Sacchetto, regroupe ainsi les œuvres de quatre étudiants qui ont obtenu en 2015 leur diplôme de 5ème année (DNSEP - grade Master) avec les Félicitations du jury.

« Il y a de la marge ; de l’inactuel » se veut une suite de seuils visibles et potentiels, kafkaïens et pénétrables, qui résonnent avec le contexte d’exposition et sont produits par les recherches plastiques et visuelles de Thibaut Bellière, Clotilde Deschamps, Amandine Osouf et Renaud Régnier. Ce qu’on appelle seuil ici, ce n’est pas un espace-temps qui existerait a priori et sur lequel les artistes interviendraient afin de le souligner, mais une multiplicité qu’ils activent et que les œuvres convoquent. Ce n’est donc pas le thème de l’exposition. C’est plutôt sa condition d’apparition. Un processus qui indique un mode d’existence des œuvres, un jeu de présence. C’est une manière de prendre position à un moment, comme l’écrit S. Beckett dans « L’innommable », quelque part « entre le centre et le bord », où « il y a de la marge ». Une position de l’« entre–deux » libérée des coordonnées cartésiennes, nourrie d’une légère inactualité et affranchie de l’exercice contradictoire de l’actualité.

L’installation de Thibaut Bellière occupera et découpera une partie de la « Salle des Abbesses », modifiant ainsi la vision habituelle de l’espace et produisant un lieu marginal, qui abrite une image de synthèse disséquée puis recomposée. En contrepoint, les œuvres de Renaud Regnier présenteront des espaces potentiels de transition, impraticables. Des objets-seuil ou objets-mémoire sont aménagés à l’échelle du lieu et de la porosité temporaire entre celui-ci et le contexte de vie de l’artiste. Amandine Osouf s’intéressera quant à elle aux dispositifs de mise en scène, de stratification et de montage d’objets et de formes. Les objets qu’elle déposera dans les interstices de l’Abbaye-aux-Dames auront le même état de présence que des éléments d’un décor qui auraient perdu leur scène, des cachettes secrètes ou des « impostures archéologiques ». Les œuvres de Clotilde Deschamps s’inscriront dans la « Salle Robert le Magnifique » telles des déclarations d’amour pour le multiple et le partiel, le transgenre et l’hybride, invitant à pénétrer dans les plis de la matière et du langage. »

Michela Sacchetto, commissaire d’exposition

Infos pratiques :

Exposition du 6 février au 20 mars 2016
à l’Abbaye-aux-Dames, Place Reine Mathilde à Caen
Entrée libre, tous les jours, de 14h à 18h

Contacts Presse :
Emmanuelle Tirilly – tel : 02 31 06 98 85
Charlotte Chanteloup – tel : 02 31 06 98 96