Thématiques régionales

Etude du recensement du vitrail

Culture et Patrimoine
Recensement du vitrail en Basse-Normandie : La Cène, détail de la verrière La Vie du Christ dans l'ancienne abbatiale de Saint-Sever-Calvados.

body

Les chercheurs du Corpus Vitrearum ont conduit des opérations de recensement exhaustif des vitraux anciens en Haute (1991-1996) et Basse-Normandie (2000-2005), accompagnées par de vastes campagnes photographiques menées par les services de l’Inventaire. Ces études ont donné lieu à la publication en 2001 et 2006 de deux volumes dans la collection nationale Recensement des vitraux anciens de la France.

Un corpus important…

Outre les très beaux ensembles médiévaux de la cathédrale de Coutances, de l’ancien prieuré de Saint-Hymer, des édifices de Rouen ou d’Evreux, les célèbres réalisations renaissance des églises de Gisors, de Conches ou de la basilique Notre-Dame d’Alençon, les cinq départements possèdent un grand nombre de vitraux contemporains (19e et 20e siècle).

La saisie des données de cet abondant corpus est en passe d’être achevée. Les données seront accessibles sur les bases nationales fin 2016.

A la découverte des verriers locaux

S'appuyant en partie sur le Corpus Vitrearum, cette étude a permis le référencement et la description minutieuse de ce patrimoine particulièrement fragile et souvent malmené par le temps et le manque de moyens dévolus à son entretien. Chaque verrière fait l'objet d'une recherche approfondie pour mieux connaître son histoire, son iconographie, son contexte de fabrication et les techniques employées.

Parmi les vitraux du 19e siècle, la recherche a mis en avant l’importante production de l’atelier Mazuet de Bayeux, déjà connue mais peu étudiée, ainsi que les ateliers majeurs de Boulanger à Rouen et, surtout, de Duhamel-Marette présents notamment à Evreux et Villers-sur-Mer, qui ont fait l’objet de travaux récents.

Au sortir de la Deuxième Guerre mondiale, l’art du vitrail connaît un regain d’activité grâce aux chantiers de la Reconstruction, notamment dans la Manche. La prise en compte des vitraux contemporains a enfin permis une bonne connaissance des verrières commémoratives (1870-1962), présentes en grand nombre en Normandie.

Les vitraux en pâte de verre de François Décorchemont

Le renouveau du vitrail au XXe siècle est particulièrement sensible en Haute-Normandie, notamment grâce aux réalisations de François Décorchemont, verrier connu pour ses créations d’objets en pâte de verre exposées aux côtés des œuvres de Daum, Lalique ou Marinot.



Dans les années 1930, l’artiste met au point une technique unique pour concevoir des vitraux non pas en verre peint mais en pâte de verre colorée dans la masse. Sa nouvelle activité débute avec le chantier de l’église Sainte-Odile à Paris pour laquelle il réalise les 300 m2 de verrières. Au sortir de la guerre, il travaille essentiellement dans l’Eure, où il pose pas moins de 130 vitraux répartis dans une trentaine d’églises, dont les ensembles remarquables de Beuzeville, Etrépagny ou Ménesqueville. François Décorchemont est également intervenu à l’abbaye Saint-Wandrille à Saint-Wandrille-Rançon (Seine-Maritime), à l’ancien couvent de la Folie Couvrechef à Caen et à l’église paroissiale de Fontaine-Henri (Calvados).

Slideshow

Les vitraux de Normandie - Photographies de Pascal Corbierre, Denis Couchaux, Jean-Claude Jacques, Christophe Kollmann, Thierry Leroy, Yvon Miossec.

Bloc encadré

Infos clés

> 2 ouvrages sur les verrières anciennes Corpus Vitrearum
> 310 verrières étudiées dans le Calvados
> 600 verrières étudiées dans l'Eure
> 200 verrières étudiées dans la Manche
> 720 verrières étudiées en Seine-Maritime

1