Eau

La Normandie possède un très important réseau hydrographique : fleuves côtiers, ruisseaux en têtes de bassins, marais… (plus de 34 000 km de cours d’eau et plus de 2 200 km² de zones humides) et une large façade littorale (près de 600 km de côtes). La préservation de la qualité de ce patrimoine constitue un enjeu majeur pour notre territoire.

Préservation et restauration des milieux aquatiques et des continuités écologiques

Sur le territoire du Calvados, de la Manche et de l’Orne, la Région met en œuvre depuis 2006 un programme intitulé « EAU’bjectif », en partenariat avec les Agences de l’eau Seine-Normandie et Loire-Bretagne, ainsi que les autres acteurs régionaux (Etat, Départements, collectivités locales et syndicats maître d’ouvrages de travaux) pour contribuer à l’atteinte de l’objectif de bon état écologique des eaux prévu à l’échelle européenne.
Ce programme a notamment pour objectif de favoriser les démarches de concertation et planification de la gestion de l’eau à l’échelle des bassins versants par un soutien financier à l’animation et aux travaux de restauration des cours d’eau. Un appui technique et une coordination régionale sont également apportés grâce à la CATER (Cellule d’Appui Technique à l’Entretien des Rivières) dont la Région est membre. Après 10 ans de soutien régional, plus de la moitié des cours d’eau de ce territoire bénéficie de l'expertise de 50 « techniciens de rivière » et plus de 1 000 km de cours d’eau ont été restaurés.

Maîtrise des ruissellements et de l'érosion, diminution des risques d’inondations

Le territoire régional est particulièrement vulnérable aux risques naturels liés au ruissellement, à l'érosion et aux inondations. Depuis le début des années 2000, la Région apporte son soutien pour contribuer à la réalisation d’études, d’actions préventives et d'aménagements (talus enherbés, prairies inondables, fossés, mares, haies, réorganisation d’accès aux parcelles,...).
Il est nécessaire que l'eau puisse être gérée au plus près d'où elle tombe, afin de ralentir les ruissellements et de limiter au maximum les flux non maîtrisés. L’objectif de la Région est donc que la prise en compte de l’enjeu se fasse à l’échelle de bassins versants, dans le cadre de programmes opérationnels intégrés avec ceux liés à la politique de préservation et de restauration de milieux naturels.

Estuaire de la Seine

L'estuaire de Seine, entre Poses et la baie de Seine, draine un bassin versant de plus de 20 millions d'habitants et 40 % de l'activité économique nationale. La qualité de l'eau et le fonctionnement hydro-sédimentaire et biologique de l'estuaire sont donc un enjeu majeur. Un Groupement d'Intérêt Public Seine-Aval a donc été créé en 2003 et renouvelé jusqu’à 2020, afin de disposer sur l'estuaire de la Seine d'une interface de collaborations renforcées entre chercheurs, gestionnaires et décideurs du territoire.
Ce GIP regroupe l'Etat, l'Agence de l'Eau Seine-Normandie, la Région, les Départements, les Grands Ports Maritimes du Havre et de Rouen, l'Association Syndicale de l'Industrie et du Commerce pour l'Environnement Normand et l'Union des Industriels de la Chimie – Normandie.

Modifié le 18/11/2016