La Normandie, région de toutes les énergies

Développer la mobilité hydrogène

Le développement de véhicules propres est essentiel pour répondre à de nombreux enjeux : ils participent à la réduction de nos émissions de gaz à effet de serre, limitent les rejets de polluants atmosphériques et contribuent ainsi à améliorer la qualité de l’air dans les grandes villes souvent concernées par des alertes pollution. Le développement des véhicules propres est également une nécessité pour alléger notre facture énergétique, le secteur des transports représentant 70% de la consommation finale des produits pétroliers.
Environnement et développement durable
Crédit Photo : David Daguier, Conseil Départemental de la Manche

body

Le choix de l’hydrogène

Les véhicules à propulsion hydrogène sont avant tout des véhicules électriques. Ils sont donc silencieux, ne produisent pas de pollution locale à l’échappement ni d’émissions de gaz à effet de serre.  Ils sont équipés d’une pile à combustible, dispositif électrochimique produisant de l’électricité en combinant l’hydrogène embraqué dans le réservoir du véhicule avec l’oxygène de l’air. Ce système ne rejette que de l’eau et produit de la chaleur. Deux types de véhicules hydrogène sont aujourd’hui commercialisés :

  • les véhicules à prolongateur d’autonomie pour lesquels la source de production électrique est mixte, assurée à la fois par des batteries et une pile à combustible.
  • les véhicules tout hydrogène pour lesquels l’alimentation électrique est exclusivement d’origine hydrogène.

L’usage de l’hydrogène présente plusieurs avantages, il permet d’augmenter l’autonomie des véhicules électriques de 180 km à 340 km pour les véhicules équipés d’un prolongateur d’autonomie (véhicule utilitaire : Renault Kangoo) et à 500 km pour les véhicules tout hydrogène (SUV). La disponibilité des véhicules est également améliorée grâce à un plein de recharge réalisé en quelques minutes à l’image d’un plein de carburant dans une station service classique. Ces caractéristiques donnent la capacité à ces véhicules de répondre à des profils d’usage plus contraignant, non couverts par les véhicules à batteries seules. 

Ainsi, en complément du déploiement de véhicules électriques à batterie et des bornes de recharge électriques en cours de réalisation dans les 5 départements normands, l’hydrogène représente une réelle opportunité pour décarboner l’ensemble du secteur des transports. Le principal enjeu pour le développement de la mobilité hydrogène réside dans la création d’une infrastructure de distribution.

Bloc encadré

Infos clés

> Inaugurée en janvier 2015, la station de recharge hydrogène du Conseil départemental de la Manche, située à Saint-Lô, alimente 17 véhicules hydrogène, 5 berlines Hyundai iX35 et 12 utilitaires Renault Kangoo.
> Deux de ces véhicules sont utilisés par le Service Départemental d’Incendie et de Secours.
> A l’heure actuelle, seules 7 stations hydrogène ont été installées en France dans les villes de Paris, Lyon, Grenoble, Dole, Luxeuil, Albi, Ivry-sur-Seine et Saint-Lô.

Texte personnalisé

Eas-HyMob, le programme Européen de mobilité hydrogène Normand

En partenariat avec les sociétés SymbioFCell et Serfim, la Région s’est engagée dans un programme de mobilité hydrogène Normand, le programme Eas-HyMob (Easy AccesS to Hydrogen Mobility = accès facile à la mobilité hydrogène) qui a commencé début 2016 et s’étalera jusqu’en 2018.

Ce projet est soutenu par un financement de l’Union Européenne à travers l’agence européenne INEA (Innovation and Networks Executive Agency) dans le cadre du programme d’infrastructure CEF-T (Connecting Europe Facility – Transports). Eas-HyMob doit permettre de constituer, à horizon 2018, un premier maillage de 15 infrastructures de recharge hydrogène sur les grands axes routiers normands reliant les grandes agglomérations. L’installation de chaque station de ravitaillement sera synchronisée avec le déploiement d’une flotte de véhicules hydrogène captifs assurant un usage quotidien.

Le programme se concentre sur des stations de recharge de type 350 bars offrant une capacité de distribution d’hydrogène de 20 kg par jour et de 50 kg par jour. L’objectif est de mettre 12 stations de 20 kg/j et 3 stations de 50 kg/j en service ainsi qu’un parc d’environ 250 véhicules hydrogène en circulation (voir la carte de déploiement). Le budget pour l’ensemble de ces installations est estimé à 4,8 Millions d’euros.

Les collectivités souhaitant participer à ce programme pourront bénéficier d’une subvention Européenne prenant en charge 50 % des investissements initiaux liés à l’acquisition et l’installation de telles stations. Cette subvention est attribuée dans un cadre bien défini sur la base de critères géographiques, d’usage, ainsi que des critères fonctionnels (télécharger les conditions d’éligibilités).

A ce jour le programme Eas-HyMob est le seul projet d’ampleur régional et pourrait hisser la Normandie au rang de leader national.

Eas-HyMob est cofinancé par l’Union Européenne sous la convention de subvention n° INEA/CEF/TRAN/A2014/1027357


        

1