Devant les tergiversations de l’Etat, Naval Group met fin à son dessein hydrolien

26 Juillet 2018
Environnement et développement durable

Naval group a annoncé ce jour l’abandon de son projet hydrolien.

9 salariés cherbourgeois sont impactés par cette décision qui met fin à la vocation hydrolienne de la première usine au monde d’assemblage d’hydroliennes, inaugurée le 14 juin à Cherbourg.

Hervé Morin, Marc Lefèvre, Jean-Louis Valentin et Benoit Arrivé regrettent cette décision qui est la conséquence de l’absence de décision de l’Etat quant au lancement d’appels d’offre pour l’aménagement de fermes commerciales hydroliennes. Elle illustre une fois de plus l’incapacité de l’Etat à porter dans la durée une stratégie industrielle : la stratégie hydrolienne de Naval Group a été lancée sur incitation de l’Etat et après des investissements lourds opérés par l’Etat lui-même et les collectivités locales. Les retards, les hésitations puis le silence de l’Etat ont eu raison de ce grand chantier.

Cet abandon représente également un coup dur pour le développement des énergies renouvelables en France tant il est clair que l’hydrolien a été sacrifié pour des raisons purement comptables. Il est désormais établi que le futur plan pluriannuel de l’énergie ne comprendra aucune ambition hydrolienne.

La France a décidément bien des difficultés avec ses stratégies industrielles sur les énergies renouvelables. Elle a totalement échoué dans la construction d’une stratégie industrielle sur le solaire. Décidée par Nicolas Sarkozy alors Président de la République, la construction d’une filière éolienne en mer en France ne s’est traduite, 10 ans plus tard, par aucun champ d’éoliennes alors qu’il en existe des dizaines en Europe.

Aujourd’hui la France fait une croix regrettable sur une énergie qui finira par s’imposer.

 

Contacts presse :
Laure Wattinne - 02 31 06 78 96 – laure.wattinne@normandie.fr