Cambremer

Initiée en 1996, l’étude consacrée au canton de Cambremer s’est inscrite dans le cadre d'un pôle d'économie du patrimoine et a accompagné l’instruction du dossier de candidature du Pays d'Auge au label Pays d'art et d'histoire.

Les manoirs, châteaux, haras…

Le manoir de Rumesnil (vers 1230) offre un exceptionnel témoignage des demeures seigneuriales du Moyen Age construites sur le modèle anglais du hall and chamber block. Aménagés à l’emplacement d’anciennes forteresses, entourés de douves en eau, les châteaux de Victot, de La Roque-Baignard et le manoir du Bais illustrent à la fois la mise oeuvre brique et pierre propre aux châteaux augerons du XVIe siècle et l’architecture défensive imposée par les troubles des guerres de Religion.

Au XIXe siècle, la brique s’impose comme le matériau de prédilection de l’habitat privé et des édifices publics. A cette même époque, se développe l’élevage du cheval et la construction de haras, dont celui de Victot.

Peu d’activités industrielles se développent, à l’exception de la production de cidre et de calvados qui fait la renommée du Pays d’Auge.

Le patrimoine religieux

Fondée en 1150, l’abbaye cistercienne du Val Richer a été aux XVII et XVIIIe siècles un formidable foyer artistique. A cette époque, les retables architecturés en bois peint et doré, baroque ou rocaille, constituent, avec les tabernacles et les autels décorés d’antependia, l’ornement majeur des lieux de culte.

De belles copies d’oeuvres peintes et plusieurs toiles de grande qualité ornent les murs des sanctuaires. Dans les sacristies, des tissus liturgiques d’une étonnante richesse ont échappé aux ravages du temps et côtoient de nombreux objets des confréries de charité.

Préservées des changements de goût du XIXe siècle et des aménagements liturgiques de Vatican II, les églises rurales du pays de Cambremer conservent un riche patrimoine mobilier aux confins de l’artisanat et de l’art, expression des pratiques religieuses d’une société rurale entre la fin du Moyen Age et le début du XXe siècle et précieux témoignage de l’art de la Contre-Réforme.

Les photographiesde Patrick Merret et Pascal Corbierre illustrent l'étude et les ouvrages 'Images du patrimoine sur le Pays de Cambremer' rédigées par Yannick Lecherbonnier et Emmanuel Luis.

Etude du patrimoine du pays de Cambremer - les photographies
Cambremer, manoir du Bais. La vocation défensive du manoir est affirmée par l’ouvrage d’entrée à damier brique et pierre, construit dans le dernier quart du XVIe siècle
Rumesnil, le manoir de Livet est construit au cours de la seconde moitié du XVe siècle. Il est converti en étable au XVIIIe siècle après la construction d’un nouveau logis
Beuvron-en-Auge, église paroissiale Saint-Martin, tableau : Assomption, Détail : ange musicien, en-haut à gauche (d’après le peintre Girolamo Muziano)
Beuvron-en-Auge, bureau de poste. En 1921, la municipalité confie à l’architecte Couvrechef le soin d’établir un devis des travaux à effectuer pour transformer en « un établissement modèle à usage de bureau de poste, télégraphe et téléphone, selon les vœux de d’administration des PTT » cette maison de type villa balnéaire  construite en 1913
Montreuil-en-Auge, église paroissiale Saint-Roch, antependium du maître-autel, Détail : l'Enfant Jésus
Montreuil-en-Auge, église paroissiale Saint-Roch, dos de la chasuble : détail du décor (fleurs exotiques et jonque)
Cambremer, statue de Saint Sébastien dans l'église paroissiale Saint-Gorgon
Auvillars, manoir de Cantepie. En 1870, le pharmacien parisien Swann, ami de Proust, achète le domaine. Il construit cette aile des communs comprenant logement, colombier, garage et écurie
Auvillars, détail du tableau La Donation du rosaire, dans l'église paroissiale
Saint-Ouen-le-Pin, château du Val Richer, détail du logis : François Guizot, installé au Val Richer  dans les années 1860, a fait inscrire au fronton du logis son emblème et sa devise
Le château de la Roque-Baignard est aménagé sur le site d’une ancienne forteresse dont l’assise reste bien lisible malgré de nombreuses interventions : ici une plate-forme entourée de douves en eau
Château de Hotot-en-Auge dont il ne reste que le corps d’entrée construit en moellons de calcaire. L’élévation nord conserve la trace d’une porte charretière
Hôtot-en-Auge, la maison est construite entièrement en brique en 1901
Ferme du pays de Cambremer : le cidre était conservé dans des tonneaux disposés dans le pressoir ou le cellier
Modifié le 22/09/2016